Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 22 septembre 2019


          Zot i ansouvien, kan nou té marmay, koman nou té koup par santié dann bitassion Méssié Fénouss ? Nou té amuz pa pou kass son kann-Bonbon ; nou té fé le vif pou shaboul kou d’galé son mang-drajé. In zié té i vol mang, lot zié té i vèy si gardien té vien pa…La pèr té sér le vantr, mé lanvi té tro for, lèrk nou lavé diz an.

Zot i rapèl ankor, lané nout kinz an, kan nou té sar kass zambrozad par koté la rivière ? Le kèr té i kongn dann do, la jamb té i  tranm, lèrk nou té rod kosté sanm inn ti manmzel  bien pommé. Ah ! Bordaj la rivière ousak le zié lamour la komanss rouvèr !

Apréla nou la suiv in kantité shemin-kass-kontour : nou té toujour a dmandé kosa navé par déryér tournan-la, kèl kaskad delo-d’arjan, kèl plato-dé-flèr té i atann anou ? Mé plu souvandéfoi, déryér premié tournan navé arienk in ot tournan kashièt…Parèy dan la vi…Inn vi nou té kroi konprann : nou lavé 20 an !

Depusa le tan la passé ; défoi la pente té rèd, réspirassion té i mank, galé té i déboul sou nout pié ; nou té avanss  piang-an-piang, mésoman nou la gingn ariv  o bout. Là, anlér piton, nu gingn woir par dann fon nout péi an kado devan nou èk tout shemin nou la fine traversé. Le zié i brul, le kèr i gonf, fierté èk regré melanjé.

Shemin La Rényon, shemin nout péi…Sa la amont anou koman i lé la vi !

Robert Gauvin.               

la Rényon dann kèr

LES SENTIERS DE DÉCOUVERTE

 

Vous souvenez-vous du temps de notre enfance, quand nous prenions des raccourcis à travers les champs de Monsieur Fénousse ? Nous avions vite fait de chaparder une ou deux cannes bonbon. En moins de deux, à coups de galets, nous faisions aussi tomber ses mangues dragées. D’un œil on volait des mangues ; l’autre oeil servait à monter la garde au cas où un gardien arriverait…La peur nous serrait le ventre, mais l’envie était trop forte quand nous avions dix ans.

Vous rappelez-vous encore l’année de nos quinze ans quand nous allions cueillir des jameroses au bord de la rivière ? Le cœur battait à tout rompre, la jambe flageolait quand on essayait d’aborder une demoiselle bien pommée. Ah ! Les bords de rivière où, pour la première fois, les yeux de l’amour se sont ouverts !

Par la suite nous avons emprunté de nombreux chemins aux multiples lacets : nous en étions toujours à nous demander, quelle cascade argentée, quel « Plateau des Fleurs » nous attendait encore. Mais la plupart du temps, derrière le premier tournant, ne se cachait qu’un autre tournant, comme dans la vie…Une vie que nous pensions comprendre : nous n’avions alors que 20 ans !

Depuis lors le temps a passé ; parfois la pente était raide, le souffle venait à manquer, nous sentions les galets se dérober sous nos pieds. Nous avancions tant bien que mal, mais nous sommes malgré tout, arrivés au bout. Là, du haut du piton, nous pouvions découvrir notre pays, offert à nos regards, avec tous les chemins que nous avions parcourus. Nos yeux brûlaient, notre cœur se gonflait, fierté et regrets mélangés.

Sentiers de La Réunion, sentiers de notre pays, vous nous avez appris à connaître la vie !

Traduction : R. Gauvin et H. Payet

Read Full Post »