Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Humour’ Category


I prétan dir, bann goloi, sa demoun navé kouraj poudbon ; in sél zafér soman zot lavé pér, lavé pér le sièl i tonb dsi zot koko d’tète…Anou k’lé pa goloi, la pér sa in afér ni koné, la pér na in ta pliss in paké : la pér shomaj, la pér siklone, la pér volkan, la pér la maladi, la pér la mor… la pér la route an kornish ! La route an kornish, na poin in zafér konm sa moin la pér, konm di la shanson…

Le sièl lé riskab tomb dsi nout tète (Coll. R.G.)

Majine zot-mèm : nou lé par là le moi d’déssanb : dsi la route an kornish vapér i monte, kaskad i rode émite le voil-la-mariée ; d’issi d’la-ba dsi le shemin blaké kék zékli le rosh, kék galé fané ; morso le kap jiska la-fine tonbé.

Aou ou i sorte Sin-Dni, ou i vé alé le Port… Ou–a passe par la Montagne ? Ek toute tournan nana, èk toute le tan ou-a perde ? Odémié fé l’tour d’l’ile alorss ? Ou la bezoin alé le Port, jist térlà mèm, i pé pa atann, alorss sak i fo i fo : ou i fé out sign de kroi ; toutfasson la mor arienk in foi, konm di l’kréol ! Epila in bon boug konm aou-la, ou lé dan la min Bondié. Fot éspéré li va pran pitié, li va vèy si ou, li va tienbo bann kap anlér pou anpèsh déboulé… E la le zanfan Bondié i anbèk dan la route an kornish …mé astèr  kél tiktak prann pou bien traversé ?

Parlfèt na dé fasson amène loto dessi la rout an kornish : désertin ki koné la prudanss sé la manman la sékirité, i déssid alé dousman-dousman, dé min si l’volan, in pié si l’frin, l’ot si débréyaj ; i karkiy le zié : in zié i okip la sirkilassion, l’ot zié i okip la montagne, i balèy ranpar, i inspèk le kap, i aguète anlér po woir si in galé i pran pa lanvi déboulé, jist lhér ou l’apo passé.

 

Na d’ot i kalkil, pli vite i roul, pli vite i vienbou shapé. Alorss i pèze la plate, i donn di gaz, i mète defé ; galé i pé kour déyèr zot, zot lé pa la èk sa… Apré moin lavalass !… alors zot i filosh…

I filosh ? Va filosh kosa la ? Sé lhér ki rantr dann kanal bishik ! E woila pa k’in spèss kokol, in tète-la-shiass, in zanfan d’modi i trouv moiyen ralanti, ralanti… I sar pa tonb an panne o-moin ?… Ay-ay-ay ! Té i mank rienk sa mèm ! Jist par koté ousak ranpar i pansh, jist sou in bél kap i demann pou shapé ; marmay dan loto, bouj pi, fé pa dézorde, koz pi, respir pi, sinonsa kap-la lé pou nou : arwoir Pièr, tak baro !

La flouté… (cliché Région Réunion)

Transpirassion froide i dévide dan out do, kapkap i monte si ou, la janb i rédi èk la kranp, le vantr i fé mal aforstan ou i moul poiv ; mank in pé le kér lé riskab sédé !

Kosa i rèst aou pou fé ? Ferm le zié, ansupli Bondié, toute Bondié nana, Bondié krétien, Bondié malbar, Bondié zarab, Bondié shinoi, Bondié malgash, Bondié kréol… Nana Bondié kréol koméla ?… Vat pou Bondié kréol :

Acte de foi : Oui mi kroi toudbon Bondié i égziss… Si ou i égziss pou vréman, Bondié, fé in jèss !

Acte Léspéranss : Bondié mi éspère ou-a tire amoin dann shemin malizé.

Acte kontrission : Bondié, mi rogrète, mi rogrète, ou i pé pa majiné komank mi rogrète moin la anbèk dan se fouti d’ salopri d’route an kornish-la ! Mon Dié, dernié kou mi fé sa, mi fé serman mi arkomansar pi… Si-sèlman ou i lèss amoin an vi !

Alleluja ! Alleluja ! ALLELUJA !

Granmersi Bondié : le loto té i sar tonb an panne la touss-touss in pé, la pète dé-troi kou pou dégaj léshapman, la sot-soté, la niabou ardémaré… Astèr, ala la grande Shaloupe, ala lantré la Possession, kaziman la tèr promiz : la tète, le kor, le kér, toute i repran son plass… Sové !… Sové !… Sové dakor… Mé talèr i fo artourne Sin-Dni… Par kél koté i passe la ?

Ek la nouvel route nou lé riskab ète koinsé rantr le kap èk la mer (Coll. j-m. Hoarau)

Publicités

Read Full Post »


(L’auteur nous raconte aujourd’hui son vol de rêve en parapente…)

 

 

Qui n’a pas rêvé,

Dans son enfance,

De prendre son élan,

De courir, de foncer, de fendre la brise,

Plus vite,

Toujours plus vite,

Les ailes déployées,

Jusqu’à ce que le pied quitte le sol,

Jusqu’à ce que l’on finisse par décoller,

Par monter dans les airs,

Semblable au paille-en-queue dans le ciel.

 

Moi aussi, l’autre jour, sur les hauteurs de Saint-Leu, j’ai rêvé de faire comme l’oiseau : je me voyais déjà, parapente amarré dans le dos, casque enfoncé sur la tête : je filais dans la descente, écartais les ailes et volais ! Mais soudain, juste devant moi, un fond de rempart, une ravine à malheur, une grande gueule ouverte attendant mon corps. Je fermai les yeux pour ne pas voir la mort. Une seconde… deux secondes…trois secondes…Toujours rien ?… Mes yeux se sont alors rouverts : la brise glissait sous mon aile, me portait dans ses mains. J’étais comme  Ti-Jean dans son panier-bras-de-fer (1)…J’ai respiré un bon coup…

Et  après cela, à moi l’altitude !  Un virage à droite, un tournant à  gauche ; en douceur je frôle mes camarades jouant à cache-cache avec les nuages. À moi l’espace, à moi la liberté ! Ne me parlez surtout  pas de cette bande d’escargots traînant leur corps à même le sol. Moi, semblable au paille-en-queue, je plane. D’en haut je vois mon pays en contrebas : « Voilà mon champ de cannes et là mon verger de manguiers, et là encore  ma rivière argentée : tout ce pays  est à moi. J’en suis le roi ! »

Soudain ne voilà-t-il pas que mon voisin me pousse du coude et me dit : « Pourquoi ne pas essayer nous aussi ? »  Pour le coup mon rêve  s’est arrêté net, a viré au cauchemar, un grand frisson m’a saisi : « Dis donc ? Tu n’es pas un peu fou, non ? Tu ne m’as jamais vu ? Avec la chance que j’ai…je suis bien capable de tomber dans un champ d’épines, voire même de me casser le bras…et puis imagine un peu que le vent me pousse du côté de Madagascar et que je ne puisse plus retourner !… »

 

Robert Gauvin.

 

Note : allusion à Petit-Jean, héros des contes créoles qui, pour échapper au diable, s’était envolé dans un panier d’osier en compagnie de sa sœur.

 

 

(Illustration : Huguette Payet)

 

Parèy payanké dann sièl…

 

 

  (Ci-dessous la version originale en créole réunionnais)

 

Kisa,

Tan pti,

La pa rèv pran lélan,

Lofé, fonssé, tay la briz,

Plu vit,

Plu vit ankor,

Zèl karté,

Ziskatank le pié i shap sanm la tèr,

Ziskatank i vienbou dékolé,

I vienbou mont anlèr

Parèy payanké dann sièl ?

 

Moin-si, l’ot jour, dan lé – o Saint-Leu, moin la rèv fé komm zoizo : moin té voi amoin déja, parapant amaré dann do, mon kask su mon tèt, apo fil dan la déssant, apo kart la zèl, apo volé ! Soman, toudinkou, jiss devan moin, in fon n’ranpar, in ravine a malèr, in sapré guèl rouvèr pou atann mon kor ! Moin la ferm le zié po pa voir la mor…Inn segonn…dé…troi segonn… rien-minm ? Mon zié la rouvèr : la briz té i gliss sou mon zèl, té i port amoin dans son min, parèy Ti-jan dann ti-panié bra-d-fèr. Moin la respir in bon kou…

 

Aprésa monté ki di ! In tourné a droit, in viré a gosh ; an dousèr mi frol mon bann kamarad apo joué lou-kashièt sanm nuaj. Lespass pou moin, pou moin la liberté ! Koz pa moin se bann léskargo apo trènn zot kor atér… Parèy payanké mi plane…D’anlèr mi guète mon péï par dann fon : ala mon karo kann, ala mon verjé mang, ala mon rivièr delo-darjan ; tout péï-la t’a moin ! Amoin-minm le roi !

 

Toudinkou, alapa k’mon voizin i donn amoin in kou d’koud ; i di amoin konmsa : «  akoz pa essèy nout tour ? » Pou’l kou mon rèv l’arèt sèk, la tourn an koshmar, kapkap la mont su moin : «  Otoué, toué lé pa fou ? Toué la fine voir amoin ? Ek la shanss moin néna,  moin lé riskab tonm dann karo zépine, si pa minm kass mon bra…Épi majine in kou, le van i ral amoin par koté Madégaskar, mi gingn pu artourné ! »

 

Robert Gauvin.

Read Full Post »


Mésyé Bondyé,

Si azordi mi anvoy aou inn ti modékri an pat mous, sétakoz mon kanar lé nwar sétansi. Aou k’lé lao, ou dwa konèt lanmèrdatwar moin lé dodan. Tout domoun, lo nwar, lo blan, lo pti, lo gran, lo gro zozo konm lo pti kolon, tout lo pé i anvé amwin. Akoz ? Pars mi fout azot la maladi. Dayèr i tard pa mi pas dovan Tribinal Pénal Internasyonal. Ou dovine mwin lé kui davans. Minm bann lavoka « commis d’office » i vé pa pran mon défans. Paré mon ka lé indéfandab…

Bondyé, na ryink aou lé kab anpès amwin dor vitaméternam dan la zol an tol Zilièt Dodi.

Alé Gran Papa, vyin di banna poukwé mon pikir i fé mars domoun an 90 dégré!

Rapèl aou koman sa la komansé. Promyé débi ou la invant tout kalité domoun épila tout sort kalité zanimo. Aprésa té rèt aou inn ti gigine fournitir dann fon out basine. Ou la di, ou sar pa lès gaté. Alor par pastan, ou la fabrik amwin. Ou la zwé-zwé èk mwin, ou la aprann amwin fé « Zon ! Zon ! Zon ! », ou la amont amwin fé santous dan lé zèr. Mé o bout in moman, parèy in zanfan gaté néna tro zwé, ou la bord amwin si koté. Mwin té anserv pi ryin pou ou.

« Mé Bondyé, kwè mi sar fé astèr ? » mwin la di aou. « Tout zanimo na in lokipasyion. Kok i sant tou lé matin (kan li la pwin la grip), lo syin i kour dèryèr volèr,  soval i dadak domoun si son do. Mé mwin ? Mwin, zéro a la gos d’in sif, parèy in zanpoul na pwin kouran ! ». Ou la di amwin, arèt fatig out tanpéraman, ou la pwin ryink sa pou fé, pran dé pti bwa, zwé dan la tay…

Té komsi ou té vyinn déklar amwin konm promyé somèr si la tèr Bondyé. Alors konm in mousavér dann in mok férblan, mwin la tourn-tourn an ron. Mwin la komans tonm dan lalkol, mwin la parti trinn mon kadav dan la bou.

É alapa in zour, in gran boug i vyin war amwin. Bitanblan, son zantyiès i ral amwin. Li di amwin : « Kosa i ariv aou mon pov zanfan ? » Mi asplik ali mon ka é toutsuit pou toutsuit, li promet amwin in plas travay. « Moustik ! », la di boug-la « Ou va parkour tout la tèr, ou va pas kaz an kaz tout domoun é ou va anbras azot »,  « Sé sa mon travay ? », mwin la di ali. Li la fé amwin pou répons ké li té domann pa mwin plis. Kisa noré rofiz in travay parèy ?  Ét péyé po anbras domoun tout la zourné.

« Mé mésyé, pandan konbyin tan mi fé travay la ? ». « Pou in bon bout d’tan mon kaf. É dayèr ala in kontra d’travay, sign ali  ». Dosi papyé la té ékri « Monsieur Moustik est engagé sur in CPE en tant que Chargé de mission pour apporter par transmission buccale, le bonheur aux créatures de Dieu ». Mwin té konpran pa tro, mé mwin la kap le lidé an gro : mwin té péyé pou rann domoun éré ! An plis ou koné, lèr ou lé o somaz é toudinkou ou giny in CPE, ou poz pa tro késtion. Tout manir, si o bout dé zan, té plé pa li, mwin té manz l’ASSÉDIC. Avan alé fé mon « mission », li la di amwin komsa « Oté bin i anbras pa son patron an romèrsiman, don ? » Dan mon kontantman, mwin la sot dési li é mwin la piouk ali for-for minm si la zou. Lavé konm inn ti gou lo san, mé té pa mové. 

É ou koné la suit, mwin la fé parèy èk tout domoun té pas si mon somin. Pyouk parsi ! Pyouk par la ! É pyouk ! É ropyouk !

Zordi mwin la konpri kisa lété gran boug la. Son non mi rotyin pa byin, in nafèr konm Sikoun kéksoz… Mé sak mwin lé sir astèr, sék sé le dyab an pèrsone. É son san té anpwazoné èk la maladi, maladi i fé mars an 90 dégré. Mwin la fé rolir mon kontra par Madame Aude é sé èl la di amwin : « Mé mon cher monsieur, ou la fé avoir avou ! CPE i veut dire : Contrat pour Empoisonner… »

Wi, mi pik domoun, wi mi rann azot malad. Mé di bann ziz la, Mondyé, di azot mwin lé anmarré par in malédiksyon lo Dyab… Di azot la pa mwin i fo zizé.

Bondyé i fo pa kine amwin, i fo zis tir so malédiksyon i pèz si mon tèt. Mé minm lo sorsyé lo pli diplomé la pa fout kapab fé sa. Pouvwar la, ryink aou néna…

Bondyé, fé in manir syouplé !

Davans, mi anbras aou for-for minm si la zou !!!

 

 

Moustik.

 

 

Illustration Huguette Payet.

 

Note :

Ce texte plein d’humour a été écrit par Sully Andoche, défenseur de la langue et de la culture créoles. S. Andoche est à la fois auteur de contes, de chansons, de pièces de théâtre. Ce texte, quoique datant de 2006, est très  actuel  dans la mesure où après avoir été marquée naguère par une grave épidémie de Chikungunya, notre île est menacée en ce moment par une épidémie de dengue. La dengue comme le chikungunya étant propagée par le même moustique aedes albopictus.

 

TRADUCTION :

 

LETTRE  OUVERTE DE MOUSTIQUE AU BON DIEU.

 

Monsieur le bon Dieu,

Si je Vous envoie aujourd’hui ce mot plein de pattes de mouches, c’est qu’en ce moment je suis dans de beaux draps. Vous qui êtes là-haut dans le ciel, vous devez être au courant des emmerdements que j’ai en ce moment. Tous les gens, qu’ils soient noirs, blancs, petits ou grands, gens haut placés ou menu fretin, tout le monde m’en veut. Et pourquoi donc, me direz-vous ? Parce que je suis cause de leur maladie. D’ailleurs  je risque de passer bientôt devant le Tribunal Pénal International. Vous devinez sans peine, que pour moi, les carottes sont cuites. Même les avocats « commis d’office » ne veulent pas prendre ma défense : Il paraît que mon cas est indéfendable…

 Bon Dieu, Vous êtes le seul capable de faire en sorte que je ne dorme pas ad vitam aeternam dans la geôle en tôle de la rue Juliette Dodu. (1)

Allons Grand papa-Bon Dieu, viens donc un peu expliquer à ces gens, pourquoi ma piqûre les fait marcher à 90 degrés !

Souviens-toi comment tout cela a commencé : dans les premiers temps tu as créé toutes sortes d’humains et d’animaux. Il ne te restait alors qu’un tout petit peu de matière au fond de ta bassine. Tu as décidé de ne pas la laisser se gâter. Alors, histoire de passer le temps, tu m’as créé. Tu as joué un certain temps avec moi, tu m’as enseigné à faire « Zon ! zon ! Zon ! » Tu m’as appris à faire des casse-cou dans les airs. Mais au bout d’un moment, semblable à un enfant gâté qui a trop de jouets, tu m’as laissé tomber. Je ne te servais plus à rien…

« Dis-moi, Bon Dieu, que vais-je faire, à présent ? Tous les animaux ont une activité : Le coq chante tous les matins (quand il n’a pas la grippe). Le chien fait la chasse aux voleurs. Le cheval caracole, cavalier sur son dos. Mais moi ? Je ne suis qu’un zéro à la gauche d’un chiffre ; je suis semblable à une ampoule privée de courant ! » Tu m’as dit d’arrêter une bonne fois pour toutes de te fatiguer. Tu n’avais, en effet, pas que cela à faire, et je devais prendre deux bâtonnets et jouer dans la m…(2)

C’était comme si tu avais fait de moi le premier chômeur sur la terre du Bon Dieu. Alors, telle une mouche à vers dans une boîte de fer-blanc, j’ai tourné en rond, encore et encore. J’ai commencé à m’adonner à l’alcool et je suis allé traîner ma carcasse dans la boue.

Et ne voilà-t-il pas qu’un beau jour, un grand longaye (3) est venu me voir. Dès l’abord j’ai été frappé par sa gentillesse. « Qu’est-ce qui t’arrive, mon pauvre enfant ? » me demande –t-il.  Je lui explique alors ce qui m’arrive et aussitôt il me promet un travail.  « Moustique », me dit cet homme, « Tu vas parcourir toute la terre, tu passeras de maison en maison et tu embrasseras tous les gens que tu rencontreras ». « C’est ça mon travail ? » lui ai-je demandé. Il m’a répondu que c’était tout ce qu’il me demandait de faire. Qui aurait refusé semblable travail : être payé à embrasser les gens toute la sainte journée !

« Mais, monsieur, pendant combien de temps dois-je faire ce travail ? » « Un bon bout de temps, mon cafre ! (4) Et d’ailleurs, voici un contrat de travail, signe-le ! » Sur la feuille de papier était écrit : « Mr Moustique est engagé pour un CPE (5) en tant que chargé de mission pour apporter par transmission buccale, le bonheur aux créatures de Dieu ». Je ne comprenais pas trop ce que cela voulait dire ; cela signifiait en gros que j’étais payé pour rendre les gens heureux ! Et puis, vous savez, quand vous êtes au chômage et que vous obtenez un CPE, vous ne vous posez pas trop de questions. De toute façon, si au bout de deux ans, mon travail ne lui plaisait pas, je dépendrais de  L’ASSEDIC pour avoir de quoi manger. Avant que je n’aille remplir ma « mission » il m’interpella: « Dis donc ? On n’embrasse pas son patron pour le remercier ? » Dans ma joie je me suis précipité sur lui et je l’ai «pyouké » (6) très fort, et même si la joue avait comme un petit goût de sang… tout bien considéré, ce n’était pas désagréable.
Et vous connaissez la suite ; j’ai agi de même avec tous les gens que j’ai rencontrés sur mon chemin. « Pyouk par-ci ! Pyouk par-là ! » Et pyouk !  Et repyouk ! Aujourd’hui j’ai fini par comprendre qui était ce grand longaye. Son nom, je ne m’en souviens pas bien: c’était un nom comme Sikoun… quelque chose…(7)
mais ce dont je suis sûr à présent c’est que c’était le diable en personne et son sang était porteur du poison de la maladie, cette maladie qui vous contraint à marcher à 90 degrés. J’ai demandé à Madame Aude (8) de relire mon contrat et c’est elle qui m’a dit : « Mais mon cher Monsieur, vous vous êtes fait avoir : CPE cela veut dire : Contrat Pour Empoisonner… »

Oui, je pique les gens, c’est vrai ; je transmets la maladie. Mais, ô mon Dieu, dites aux juges que je suis lié par une malédiction du Diable. Dites leur que ce n’est pas moi qu’il faut juger…Bon Dieu, il ne faut pas que je sois exécuté, il faut simplement ôter la malédiction qui pèse sur ma tête. Même le sorcier le plus diplômé n’est pas fichu de faire cela. Ce pouvoir, vous êtes seul à l’avoir…

Bon Dieu, s’il vous plaît, faites un geste ! D’avance je vous embrasse très fort sur la joue.

Moustique.

(Traduction DPR 974)

Notes :

1° Prison de Saint-Denis, rue Juliette Dodu.

2° Crotte

3° Un grand longaye (créole) : un grand escogriffe.

4° « Mon Cafre »: Ici le terme n’est pas à prendre en un sens méprisant ou raciste, mais quasiment dans un sens affectueux.

5° Acronyme ayant plusieurs significations, dont « Contrat Première Embauche ».

6° Pyouker : embrasser. / « Pyouk » : le bruit du bisou.

7° Les Réunionnais pensent inévitablement au Chikungunya, maladie transmise par la femelle du moustique-tigre qui a été à l’origine d’une grave épidémie dans leur île au cours des années 2005-2006/ 266.000 personnes en ont été affectées.

8° Madame Aude est une star bien connue de tous les Réunionnais qui intervient à la télévision et à la radio sur beaucoup de questions ayant trait au droit, à la santé etc…

Read Full Post »

Publicités