Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Interview’ Category


Mon père m’a raconté les péripéties d’une course cycliste à laquelle il a participé en 1929. Cette course, il l’a vécue « avec ses tripes ». Quiconque l’a connu, pourrait penser qu’il l’a quelque peu enjolivée car il avait le don de raconter des histoires et de les rendre palpitantes et plus vraies que vraies, mais un compte-rendu de cette course se trouve également, dans un petit journal réunionnais de l’époque « Le Sporting »  sous la signature d’un journaliste au nom prédestiné : « Hémon Lesport » (1). Si les deux versions divergent sur certains détails, cela tient uniquement au point de vue différent des deux narrateurs : l’un étant en plein dans la mêlée, l’autre ayant le recul nécessaire à l’observateur.

 

Laissons la parole à F. Gauvin :

 

A 15 ans, j’ai eu un vélo bien à moi, une Française-Diamant : un beau nom pour une belle machine! Maman l’avait acheté d’occasion à Gaston Arnould, un camarade qui avait dix ans de plus que moi, travaillait à Saint-Denis, le chef-lieu de notre île et n’en avait plus besoin. Elle s’est saignée aux quatre veines pour moi. Pour elle, ce vélo était un investissement sur l’avenir… Il fallait absolument que je réussisse dans mes études : nous habitions en effet au Bois de Nèfles Saint-Denis, à 10 kilomètres de l’École Manuelle que je fréquentais et l’usage de la bicyclette diminuait considérablement la durée de mes trajets du matin et du soir!

Ma Française-Diamant était un bijou de bicyclette au guidon baissé et qui pesait bien ses 12,5 kg. Elle avait deux vitesses, d’un côté une vitesse à roue libre, mais pour l’autre vitesse il y avait un pignon fixe et il fallait tout le temps tourner les pédales : ma bicyclette faisait 5,75 mètres de développement pour le pignon libre et 5,25 mètres pour le pignon fixe. D’autres jeunes, aux parents plus aisés, paradaient déjà avec leurs bicyclettes neuves et leur développement de 7,50 mètres.

Félix Gauvin et sa légendaire Française-Diamant.

 

Mais ne nous plaignons pas : je possédais un outil indispensable à ma réussite professionnelle !… Je n’oserais pas cependant affirmer que d’autres idées ne me trottaient pas déjà dans la tête : quand j’avais du temps libre, j’enfourchais ma Française-Diamant, me lançais dans l’exploration de la côte Est de notre île, sillonnais la région de Sainte-Suzanne : Le Bocage, Le Niagara et Bagatelle n’avaient plus de secret pour moi. Je m’exerçais également à améliorer mes performances dans l’ascension éprouvante de la pente Bel-air…Je suivais aussi de près les prouesses des vedettes locales du cyclisme, celles d’ALEXANDRINO, de DIJOUX qui habitait face à l’Ecole Manuelle, d’HORTENSE dont le père était « garde-police » ou encore celles d’AFFIZOU, un jeune Comorien qui manœuvrait le grappin de la Sucrerie de La Mare.

Un jour, à l’occasion du 14 juillet 1929, La Municipalité de Saint-Denis organisa une course… cyclo-pédestre… s’il vous plaît, dans les rues du chef-lieu. J’avais à l’époque 17 ans et suis allé m’inscrire à la Mairie.

 Le jour de la compétition, nous étions 19 coureurs, âgés pour la plupart de 17, 18, ou 19 ans.

Devant le Monument de la Victoire nous étions  placés sur deux rangées pour le départ. J’étais dans la deuxième rangée. Je n’avais pas vraiment peur, mais j’avais un peu d’appréhension tout de même car j’avais un frein qui serrait avec modération  et de plus il ne fallait pas chercher en moi un virtuose de la descente

 

Le circuit de la course du 14 Juillet 1929

 

« Colonne de la victoire et rue plongeant vers l’Océan Indien »

 

 Il fallait d’abord  dévaler la pente de la rue de la Victoire menant tout droit vers l’Océan Indien, tourner au dernier moment à droite sur le Barachois, passer derrière la statue de Roland Garros dont le regard se perdait toujours au delà des mers, remonter devant la Radio, s’engager dans la rue de l’Embarcadère (actuelle rue de Nice), foncer en direction du  cimetière de l’Est et du pont du Butor…Arrivé là on devait prendre la rue Dauphine, (actuellement rue Général de Gaulle), bifurquer dans la rue Bouvet pour atteindre le boulevard Doret, le Château Morange et monter l’allée des « grains de bouchon » jouxtant un bras de  la rivière du Butor. On reprenait ensuite la rue de la Source en direction du jardin de l’Etat, puis, par les Rampes Ozoux, on atteignait  la rivière Saint-Denis.  On descendait alors tant bien que mal au fond de la rivière qu’on traversait à pied en portant son vélo, car il n’y avait pas de route à cet endroit…

Ensuite c’était la Redoute et l’église de la Délivrance…Passé le pont, la rue de la Boulangerie, le dépôt de rhum, on atteignait enfin la rue de la Victoire et la mairie où se terminait le circuit.

 

Rendons la parole à F.  Gauvin :

 

Au départ de la course j’étais derrière et en arrivant au niveau du Barachois, j’étais toujours derrière, mais dans la rue de Nice,  « moin l’a bour le fer », j’ai mis le paquet, et au niveau du cimetière des Volontaires j’étais le premier. AFFIZOU était avec moi : je le craignais et il me craignait, car l‘on s’était déjà « mesurés ». À part lui, il n’y avait pas d’adversaire à ma taille, mais il avait un avantage sur moi : il possédait une Alcyon, une bien meilleure bicyclette que la mienne !…

À l’époque, le long du cimetière, on déposait des déblais les plus variés et soudain j’ai entendu « Fiaac ! ». Un clou venait de jouer un vilain tour à mon adversaire… Cela m’a donné des ailes !

 

L’erreur de parcours vue par F. Gauvin :

La course se poursuivit donc, mais il y eut un problème au niveau de la rue Bouvet. Il y avait bien des policiers près de la dite rue, mais ils ne savaient pas par où il fallait passer. J’étais alors le premier ; nous sommes montés par la rue Dauphine (actuelle rue Général de Gaulle) et là les policiers nous ont arrêtés devant le Muséum d’Histoire Naturelle et on nous a donné un nouveau départ à tous, aux deux groupes qui n’avaient pas suivi le même itinéraire. Et comme j’étais en tête du peloton, on me plaça d’office derrière tous les autres. C’était du « makrotaj » (2) Tout cela parce que j’étais coureur indépendant : je n’avais pas le tricot bleu ou rouge d’une équipe ; j’avais un tricot blanc et une culotte blanche et personne pour me défendre !

 

Comment le journaliste du « Sporting » rend-il compte de l’erreur de parcours ?

 

C’est ici que se place un incident qui eut certainement une grave répercussion sur le résultat général de la course : au coin de la rue Jacob se trouvait un indicateur officiel, insuffisamment au courant de l’itinéraire de l’épreuve, en dépit de ses assertions précédentes. Il eut le malheur d’indiquer aux premiers coureurs qui apparurent à ses yeux une fausse direction. Se trouvaient à ce moment en tête : GARBAY, ARNAUD, GAUVIN, VAUTHIER, DALAPA, NOBIS, De BALBINE, HORTENSE, PÉPIN, DUCAP, DIJOUX, etc…

De la manœuvre déplorable du contrôleur … naquit une regrettable confusion. Le peloton de tête continua sa route (la mauvaise) ; le peloton moyen stoppa, indécis, au milieu du plus grand désordre, cependant que le groupe de queue  (trois individus) s’engageait résolument dans la rue Jacob, conseillés par des suiveurs bénévoles.

Pour remettre les choses au point, une seule solution s’imposait : rallier les fuyards et les remettre dans la bonne voie.

 

 

La course reprit. Voici ce qu’en dit F. Gauvin :

 

Nous sommes montés vers le pont Doret ; Gaston ARNOULD, mon supporter y était posté avec sa moto ; il m’a stimulé : « Félix, courage ! Dépêche-toi ! » J’ai alors fait le forcing. GARBAY était juste devant moi. Sa casquette est tombée. Il s’est arrêté pour la récupérer et je l’ai dépassé.

  Là j’ai remarqué que tout le monde passait à la queue leu leu dans l’allée de « grains de bouchons » (3). J’ai trouvé cela bizarre. Je suis passé par le milieu et j’ai doublé un certain nombre de concurrents… En arrivant au niveau de la rue de la Source, il restait trois coureurs devant moi et là est intervenu le dénommé S. de K. (4) un turfiste bien connu et un grand sportif des milieux huppés  de Saint-Denis. Il avait une auto Talbot à grands rayons de bicyclette. Il protégeait, je pense, un coureur de la Patriote. Quand j’allais passer à droite, il m’empêchait de passer à droite ; quand je voulais passer de l’autre côté, il serrait de l’autre côté. Cela s’est produit au moins deux ou trois fois. J’étais hors de moi !

Devant moi il y avait DIJOUX, ALEXANDRINO et GARBAY, mais en faisant son virage de la rue de la Source pour tourner devant le jardin de l’État dans la rue qui va vers la Sécu, la pédale du vélo de GARBAY s’est cassée. J’ai dit : « Et d’un ! Il n’en reste  plus que deux à présent ! »

 

En arrivant au premier tournant des Rampes Ozoux pour descendre au fond de la rivière, le dénommé DIJOUX a fait un virage large, j’en ai fait un serré et je suis tombé. J’étais par terre, HORTENSE est arrivé et il est tombé sur moi. Il a alors porté sa bicyclette dans les escaliers et il est arrivé avant moi dans le fond de la rivière Saint-Denis !…

Pour traverser la rivière, je lui ai demandé de me laisser passer, car j’étais plus rapide que lui,  mais il a refusé : j’ai été obligé de rester derrière lui dans le petit sentier.

Je le voyais se débattre devant moi alors que j’étais gaillard comme un diable. J’ai insisté à nouveau.  Il n’a toujours pas voulu me céder le passage. Quand nous sommes arrivés sur le petit plateau devant la vierge et que je lui ai demandé une nouvelle fois de me donner le chemin et qu’il ne m’a pas laissé passer, j’ai attrapé sa bicyclette, j’ai tiré dessus et j’ai tout poussé sur le côté et je suis passé devant. Une fois arrivé à la Redoute, j’ai foncé dans la descente. J’ai laissé derrière moi l’église de la Délivrance et franchi le pont.

Arrivé à la rue de la Boulangerie, puis à la rue de Paris, les bougres (5) avaient deux bonnes longueurs devant moi. J’ai doublé ALEXANDRINO devant la Cathédrale, mais à partir de là le « tunnel » formé par les spectateurs s’était resserré et il m’était impossible de doubler l’autre coureur. DIJOUX est donc arrivé premier et moi second. J’ai eu une jolie prime de 450 francs et le vainqueur 750 F. Seuls 12  des  19 coureurs terminèrent la course.

L’arrivée de la course se jugeait devant l’Hôtel de ville !

Ce que dit le journal « le Sporting » :

L’arrivée, devant l’Hôtel de Ville se fit dans l’ordre suivant :

1er : DIJOUX Fortuné, 300 francs

2: GAUVIN Félix,    200 francs (6)

3: ALEXANDRINO Serge : 150 francs

4e : DALAPA Joseph,  100 francs

5e : PEPIN André,        50 francs ……

 

 

  1. Gauvin : c’est la seule course que j’ai faite étant donné qu’après cela je suis tombé malade. Je suis monté au Bois de Nèfles avec Gaston ARNOULD, lui à moto et moi à vélo. Il s’est arrêté devant la boutique Grand-moune (7) là où il y a le Christ aujourd’hui, pour prendre un paquet de cigarettes. Je l’ai doublé ; nous montions tous les deux chez Mme ARNOULD. Je suis resté l’après-midi à dormir là dans l’allée de la grande maison sous les araucarias; je me suis réveillé fatigué et je suis rentré chez moi. Après cela j’ai eu mal aux reins et à chaque fois que je faisais un effort, j’avais mal au dos. Si je roulais sur le plat, pas de problème, mais à chaque petite montée mon dos me faisait souffrir. Je n’ai plus jamais participé à des courses. La photo avec mon vélo a été prise 3 ou 4 jours après la fameuse course de Saint-Denis. J’avais alors 17 ans.

R. Gauvin

 

Notes :

1) « Hémon Lesport » : Lesport est certes un nom de famille réunionnais, mais derrière ce qui est ici un pseudonyme, se cachait un Mr Agénor, bien connu de toute La Réunion et qui ne manquait pas d’humour.

2) « Makrotaj » terme créole qui signifie ici « tromperie » « favoritisme » « affaire louche, malhonnête».

3) « Grains de bouchons », fruits durs non comestibles sur lequel on aurait pu facilement déraper et tomber. Le comportement des autres coureurs n’a donc rien d’étonnant !

4) Après le tour de cochon qu’il a joué à mon père, vous ne voudriez tout de même pas que je fasse passer son nom à la postérité !

5) En créole le terme de « bougre » est relativement neutre ; il signifie ici : «  les gens qui étaient là » « Les autres coureurs ».

6) J’aurais tendance à me fier plutôt à mon père qu’à Hémon Lesport en ce qui concerne les primes accordées aux coureurs arrivés en tête, car cette récompense représentait un « pactole » pour un jeune de 17 ans d’origine très modeste.

7 « Grand-moune » est le surnom du commerçant chinois qui officiait alors au centre du village. Il équivaut au « vieux », au « Grand-père », à « l’ancien ».

Read Full Post »


Jean François Dally.

Présentation : pouvez-vous vous présenter et nous donner des précisions quant à votre parcours ?

Je m’appelle DALLY Jean-François. J’ai passé un baccalauréat scientifique option SVT au lycée Leconte de Lisle. J’ai ensuite suivi une Mise à Niveau (MAN) en hôtellerie puis un BTS option arts de la table et du service au lycée Plateau Caillou à Saint-Paul sous la direction de Philippe Gomes, professeur certifié qui est toujours en poste.

Après le lycée j’ai fait en 2001 une licence DRACI (Développement et Recherche en Arts Culinaires Industrialisés) à Dinard (Bretagne) avec mention bien.

En 2003 j’obtiens mon CAPET hôtellerie, option techniques et production culinaire.

J’ai eu l’opportunité de travailler 2 ans au lycée Hôtelier d’Occitanie (Toulouse 2002/2004), 9 ans à Paris 17ème au lycée hôtelier Jean Drouant (2004/2013) et je suis revenu à la Réunion en 2013, donc depuis 4 ans.

J’ai eu l’occasion de travailler dans un 4* à Roquebrune Cap Martin au dessus de Monaco, au Pastel*, restaurant une étoile au Michelin, à Toulouse et dans d’autres entreprises pour parfaire ma formation.

 

Q1 : D’où vous est venue la passion de la cuisine ?

Autant que je m’en souvienne, j’ai toujours eu un penchant pour la cuisine. Très tôt (5/6 ans) je faisais des samoussas et bonbons piment avec maman. Je traînais souvent dans les cuisines, j’observais tout et j’aidais quand on avait besoin de moi. Mon premier plat élaboré : des chouchoux farcis à l’âge de 11/12 ans.

J’ai toujours souhaité travailler dans ce secteur. Mais mes parents ne pensaient pas comme moi, d’où mon parcours généraliste.

Q2 : Pourquoi êtes vous devenu professeur de cuisine ?

L’enseignement m’a paru être une évidence : la transmission ! C’est cela qui m’intéressait. La cuisine est une richesse qui demande à être partagée pour être préservée et pour évoluer.

Q3 : Combien de professeurs de cuisine y a t il à la Réunion ?

Je ne sais pas exactement ; nous devons être en tout une vingtaine sur l’île. Nous sommes 4 dans mon corps d’enseignement : Certifiés (de la seconde à la licence et passant par les BTS). Les autres sont des PLP (CAP/ Bac Pro).

Q4 : Est-ce important pour vous d’enseigner à la Réunion et quel est votre public ?

J’ai enseigné à Toulouse et à Paris, mais enseigner chez moi pour un public majoritairement réunionnais me plaît beaucoup. Je suis fier d’œuvrer pour développer les compétences de mes semblables et en définitive d’agir pour le développement de mon île.

J’enseigne de la seconde à la 2ème année BTS mais aussi à l’IAE de St Denis : licence MACAT (Métiers des Arts Culinaires et Arts de la Table) et, ponctuellement, à l’école d’ingénieurs agro-alimentaires (ESIROI)

Q5 : Est ce qu’enseigner la cuisine aux créoles/ réunionnais diffère de l’enseigner en métropole et en quoi est ce différent ?

Enseigner à la Réunion ne diffère pas de l’enseignement donné en métropole. Nous délivrons une formation de même niveau. D’ailleurs nous envoyons une partie de nos étudiants se former en métropole pendant des périodes de stage. La différence dans nos enseignements peut se situer au niveau des produits où nous privilégions les produits locaux.

Q6 : Qu’est ce que cuisiner à partir du terroir créole ?

Notre terroir est riche de produits merveilleux, tant en saveurs qu’en textures et en couleurs…Nous nous devons de valoriser tous ces produits à travers une cuisine créative.

Mon seul regret est qu’aujourd’hui l’enseignement de la cuisine créole soit marginal au lycée hôtelier. La formation spécifique de cuisine créole a été fermée il y a 1 an. C’est un grand manque pour nos élèves (tant technique que culturel).

Q7 : Quel est votre plat préféré ?

Je n’ai pas vraiment de plat préféré. J’adore la bonne cuisine avec des saveurs franches et harmonieuses. Je fonds toujours devant un bon carry langouste ou un rougail la morue ou encore un magret de canard aux morilles…

Q8 : Quel est le plat le plus difficile que vous ayez réalisé ?

Rien n’est difficile, quand on aime bien faire les choses…

Je dirais que la difficulté se trouve dans l’organisation. Exemple, lors de la venue du Ministre de l’Éducation Nationale, il y a quelques mois, nous avions 45 minutes pour envoyer amuse-bouche, entrée, plat et dessert pour plus de 30 personnes.

Nous avons servi les traditionnels samoussas, bonbons piments, piments farcis, foie gras mi-cuit à la vanille, Vieux Rhum de notre île, salade de palmiste, filet de légine en croûte de combava, émulsion au gingembre-mangue et légumes lontan, dessert (base de mousse au chocolat aux saveurs exotiques.)

Q9 : Vous êtes Vice-Président d’une association de promotion de la cuisine réunionnaise, pouvez-vous nous en dire plus sur votre association ?

Je suis Vice-président de l’association « goûts et terroirs île de la Réunion « (et membre des Disciples d’Escoffier) depuis 3 ans. Nous avons créé cette association pour faire la promotion des produits du terroir mais aussi celle de notre savoir-faire au travers de concours de cuisine à destination de nos jeunes, de démonstrations etc. Au delà de la promotion des produits, nous intervenons dans les écoles pour dispenser des leçons de goûts aux élèves du primaire.

Le plus gros gâteau-patate au monde, réalisé à la Réunion en 2016.

Q 10 : Pourquoi cet engagement est-il essentiel pour vous et quelles sont les actions passées et futures de l’association ?

Nous organisons aussi le concours du meilleur rougail saucisses, celui du plus gros gâteau patate du monde a eu lieu l’année dernière et cette année nous allons tenter le plus long chemin de fer du monde lors du salon de l’agroalimentaire à St-Paul les 3,4 et 5 novembre. Nous avons des projets pleins les cartons mais disposons de peu de temps libre en dehors de nos activités professionnelles.

 

Q11 : Quel conseil donneriez-vous en priorité aux apprentis-cuisiniers ?

Le premier conseil que je donne à un jeune est le suivant : il est primordial d’aimer ce que l’on fait, et de comprendre pourquoi et comment on le fait.

Les métiers de la restauration sont loin d’être faciles. Si l’on veut tenir dans ce métier, il est indispensable d’être prêt à apprendre et de vouloir bien faire… Notre récompense c’est avant toute chose le travail bien fait et la satisfaction de nos clients !

Et le meilleur conseil que je puisse donner à un jeune qui veut se lancer dans la carrière est le suivant : on ne lâche jamais… la persévérance paye toujours !

 

« Interview réalisée par P Gauvin dans le cadre de la semaine internationale créole ».

Read Full Post »


Nous sommes heureux de voir s’animer tant de lieux de mémoire lors des Journées du Patrimoine, traditionnellement situées en septembre. Heureux aussi de voir se multiplier des initiatives diverses au quotidien. Heureux également de contribuer à faire connaître et sauvegarder notre patrimoine qu’il soit matériel ou immatériel à travers notre blog dpr974, présent sur la Toile depuis plusieurs années. A l’initiative de ce blog, Robert Gauvin, professeur agrégé d’allemand à la retraite, ancien Président du Conseil de la Culture, de L’Education et de l’Environnement de La Réunion, traducteur et écrivain également à ses heures (1). A l’animation du blog, le même homme, qui continue à écrire nombre d’articles et fédère les énergies de collaborateurs divers. Nous levons aujourd’hui le voile sur cette entreprise en laissant la parole à Robert Gauvin. Les rédacteurs de Dpr 974.

 

Robert Gauvin lors de la dédicace de son livre

 

Question 1. Robert Gauvin, quelles sont les motivations qui vous ont amené à créer ce blog?

RG : Je me suis toujours intéressé à La Réunion et à son histoire. Malheureusement, dans mon jeune temps, celle-ci n’était pas enseignée. Nous les enfants, en avons recueilli quelques bribes par la tradition orale, par ce que nos parents avaient reçu des anciens, ou qu’ils avaient vécu eux-mêmes. Depuis lors, malgré des progrès, j’ai le sentiment que l’enseignement actuel de notre histoire réunionnaise est encore bien incomplet.

Un élément important de l’histoire d’un pays est assurément son patrimoine architectural : c’est une trace du passé qu’il faut conserver. Qu’il s’agisse des boucans des origines, des cases en madriers empilés, de la case en paille, en vacoa ou en calumet à côté des maisons en bois sous tôle et des grandes maisons de maîtres : il y a là toute une histoire à connaître pour savoir d’où nous venons et comment nos ancêtres ont vécu jusqu’au milieu du XXème siècle…Des cases en dur il y en avait très peu jusqu’à une période récente (2) ; les rares bâtiments en dur étaient souvent des bâtiments officiels, qui avaient servi autrefois de magasins à la Compagnie des Indes… avant de devenir Hôtel de ville ou Préfecture .

Ce que l’on retient surtout dans l’architecture réunionnaise ce sont les cases créoles au sein de leurs jardins fleuris qui remontent pour la plupart au milieu du XIXème siècle. Elles sont d’un grand attrait pour les touristes, avec leurs varangues, leurs impostes, leurs lambrequins, leurs guétalis…

J’ai toujours eu un coup de cœur pour cette architecture. Et j’ai pu, à un âge « raisonnable », habiter dans une case créole que j’ai fait restaurer, que j’entretiens du mieux possible. J’essaie, en particulier, de faire en sorte que le jardin constitue une oasis, un havre de paix en plein centre de la ville de St Denis.

Un beau jour cependant un déclic s’est produit en moi quand j’ai vu que dans le quartier où j’habitais beaucoup de maisons créoles étaient laissées à l’abandon, ou détruites pour laisser la place à des immeubles sans personnalité. Il va sans dire que le Plan Local d’Urbanisme était rarement respecté : il fallait construire le plus haut possible, le plus vite possible, le plus grand nombre d’appartements possible. La seule chose qui semblait importer était de faire de l’argent ! De l’argent à tout prix…Je me suis alors lancé dans le combat pour informer les Réunionnais des atteintes portées à notre patrimoine commun, à notre histoire partagée.

 

Question 2.  Quels étaient les sujets abordés par le blog lors de sa création ?

RG : Au début je me suis lancé à corps perdu dans le patrimoine architectural de La Réunion. J’ai consacré vraiment l’essentiel de mon énergie et de mon temps à cette tâche. Les articles s’intitulaient par exemple : « Les vandales sont de sortie ou comment on détruit le patrimoine architectural de St-Denis » ou encore : « Défendre le passé ou préparer l’avenir ? » voire « À quoi sert l’Architecte des Bâtiments de France ? » Le ton était ainsi donné !

 

Question 3. Y a t-il eu des évolutions au cours des années ? Lesquelles ?

RG : À partir des années 2011/2012 il y a un élargissement des sujets. On écrira encore sur les cases créoles mais on s’intéressera davantage aux usages, coutumes, ou figures marquantes de La Réunion comme Saint Expédit ou Caf Francisco… Désormais on peut dire que le blog dpr974 s’attache à faire connaître et défendre notre patrimoine bâti tout autant que notre patrimoine immatériel qui relève de notre culture dans ses manifestations diverses : usages, traditions, alimentation, faune et flore, arts, musique, littérature… Cette orientation correspond d’ailleurs à une période ou notre blog s’élargit à d’autres collaborateurs :

Les tout premiers sont dès 2011, Jean-Claude Legros et Sabine Thirel- Vergoz, rejoints en 2012 par Huguette Payet, Christian Fontaine, Marie-Claude David Fontaine ; des auteurs qui, pour la plupart, continuent à écrire sur le blog. On peut aussi signaler la participation, certes plus ponctuelle, mais tout aussi intéressante de certains tels David Huet ou l’apport appréciable d’Alain-Marcel Vauthier par les informations et la documentation qu’il nous fournit ainsi que par le texte de ses conférences. Enfin, dans cette même période, on assiste à une ouverture du blog par des contacts et des échanges avec d’autres sites comme Maurice derrière la carte postale et 7 lames la mer.

 

Question 4. Comment fonctionne votre blog ?

RG : En réalité ce n’est pas une structure pesante. Il y a bien sûr des réunions entre nous de temps à autre pour faire le point et discuter des axes qu’il faudrait aborder. Mais chacun se sent relativement libre, prend les sujets qui le passionnent.

Auront la faveur de Christian Fontaine des recherches sur les modes de vie longtemps, sur le séminaire de Cilaos ou les relations établies avec le Québec et les Seychelles, par exemple. La nature et l’art nous intéressent Huguette Payet et moi-même et nous avons du plaisir à faire ensemble des visites et comptes rendus d’expositions artistiques comme celle de François-Louis Athénas photographiant le monde des familles à La Réunion.

 

Question 5. Venons-en au nerf de la guerre : Avez-vous sollicité des subventions pour tout ce travail ?

RG : Non rien du tout. L’idée ne nous a pas effleurés…Notre blog fonctionne sur le principe du bénévolat et nous assumons entre nous les frais qui ne sont pas énormes. Le plus gros investissement est dans l’engagement humain et le travail intellectuel de nos membres, tous largement occupés par ailleurs. Pour gérer le site nous avons la chance d’avoir Pierre Gauvin, notre jeune technicien bénévole, mais qui a aussi sa famille et son travail.

 

Question 6. Vos articles sont très variés. Ne pourrait-on pas reprocher à l’équipe de dpr974 une certaine « dispersion » ?

R.G : C’est vrai que nos centres d’intérêt sont multiples et qu’au-delà de notre intérêt pour le patrimoine, nous n’avons pas de ligne éditoriale rigide ! D’où la liberté de choix des sujets, la liberté de ton, de forme et d’écriture selon les collaborateurs. Leurs coups de cœur ou leurs coups de gueule, leur humour, leur lyrisme, leur fantaisie ou leur sérieux …

Notre blog consacre nombre d’articles aux moments fondateurs de notre histoire comme les débuts de la colonisation de l’île ou l’histoire de l’esclavage et du marronnage ainsi que celle de l’engagisme. On y trouve des personnalités marquantes telle Mme Desbassayns ou d’autres moins connues mais dont le rôle est essentiel, telles ces femmes d’origine malgache, indienne et européenne à l’origine du premier peuplement de l’île. Quant aux événements et mutations du XXème siècle ils sont aussi présents.

En fait, quelle que soit la diversité des articles on se rend compte qu’il y a toujours un dénominateur commun ; c’est l’intérêt, c’est l’amour que nous portons à notre île. Nos articles se concentrent toujours sur notre patrimoine. On  peut découvrir au fil des pages une histoire des mentalités, de l’habitat, de l’école, des usages et modes de vie à travers des articles comme la chapelle en paille de l’Ilet à Bourse à Mafate ou les petites tentes vacoa. Outre les présentations d’œuvres littéraires d’auteurs inspirés par La Réunion, les productions musicales (de Madoré ou Laope par exemple) ou artistiques telles les statues éphémères de Mayo englouties par le volcan, nous donnons aussi à lire des extraits de certains textes tels ceux tirés de Zistoir Kristian ou de l’œuvre d’Axel Gauvin. Il nous arrive également de proposer des interviews et comptes rendus de conférences avec l’aimable contribution des intervenants.

 

Question 7 : Quid des illustrations ?

Elles contribuent à leur manière à la variété de nos articles. Elles offrent un autre angle de vue. L’avantage des illustrations réalisées par Huguette Payet, par exemple, c’est qu’elles apportent un éclairage différent. Et c’est magnifique. Elle cherche ses couleurs dominantes dans les articles eux-mêmes. Elle arrive à rendre tel trait de la vie réunionnaise d’une manière à la fois réaliste, symbolique, simple en apparence, mais d’une habile naïveté. Ainsi en est-il de la petite voiture rouge avec deux ailes illustrant un texte sur les manières de conduire des Réunionnais. Tout cela donne une couleur à notre blog…

Quant aux photos, elles posent des problèmes de droit. Nous ne pouvons puiser dans le fonds local à volonté. Nous devons avoir les autorisations nécessaires. Nous utilisons donc le plus possible des clichés de particuliers et avons souvent emprunté aux photos de Vivian G. ou rapportées de ses excursions par Marc David. Nous sommes également redevables à Younous Patel de l’aide qu’il nous apporte grâce à sa collection personnelle de cartes postales.

 

Question 8 : vous parlez dans vos articles du Blog de ce qui fait la « personnalité créole », de la culture réunionnaise, mais dans quelle langue écrivez-vous vos articles ?

R.G : Pour nous il n’y a pas de problème : nos articles sont écrits en français, eu égard au public élargi de la Toile. Mais ils accueillent également des textes en créole, des extraits littéraires, en créole et français ou des articles de réflexion sur le créole comme celui sur la pièce de monnaie, symbolique de la répression du créole à l’école… Les temps ont heureusement commencé à changer !

 

Question 9. Dpr974 a-t-il beaucoup de lecteurs et de quels horizons viennent-ils ?

RG : Il faut d’abord souligner le fait que notre blog est un blog culturel et qu’il ne peut rivaliser avec les blogs scientifiques, touristiques ou commerciaux. En outre nous ne sommes pas à la recherche systématique du sensationnel.

Il n’en reste pas moins que nous sommes en progrès régulier depuis notre création en 2010 où nous avons eu environ 8000 clics. Nous en sommes actuellement autour de 65.000 par an.

Nous avions au départ l’intention de toucher les gens à La Réunion. Et aussi les gens de France hexagonale qui s’intéressent à La Réunion pour des raisons touristiques ou familiales. Mais il en vient d’autres régions du Monde, en fonction des sujets abordés : lorsque nous avons parlé du séjour forcé de la Reine Ranavalona à La Réunion, le nombre de lecteurs malgaches a rapidement progressé. Une autre fois la publication des articles sur Abdel Krim, exilé du Rif et envoyé à La Réunion, a suscité l’intérêt et le débat des Marocains.

Par la Toile certains sujets tissent des liens entre des univers et pays plus ou moins proches et différents, de l’Océan Indien ou d’ailleurs. Ainsi les articles sur la Reine Ranavalova ou sur les kolams du Tamil-Nadu. Comme on a une population originaire en partie de Madagascar et de L’Inde, c’est plus qu’intéressant. Quand les membres du staff voyagent, ils voient ailleurs des choses intéressantes et le disent aux Réunionnais. En partant de l’expérience de l’Allemagne du sud, j’ai voulu montrer ce qui se faisait en terme de respect du patrimoine bâti…Tout cela fait un public élargi.

 

Question 10. Quelles sont vos difficultés, vos perspectives ?

R.G : Nous serions heureux de pouvoir améliorer notre travail : il y a des facilités techniques dont nous pourrions bénéficier auprès de wordpress (pour la mise en page) grâce à quelques moyens supplémentaires. Cela me plairait beaucoup de pouvoir passer aussi de petits films, d’avoir également la possibilité pour des textes poétiques ou des chansons de disposer d’une bande-son. Cela permettrait d’aider au développement de la lecture en créole dont la graphie n’est pas encore unifiée et n’est pas, en conséquence, enseignée.

Il faudrait déjà (mea culpa !) tenir compte de la réalité et modifier notre page d’accueil actuelle : nous sommes en effet depuis quelques lunes un blog qui s’intéresse au patrimoine matériel mais aussi au patrimoine immatériel de notre île ! (3)

Pour les illustrations, pour les articles ce serait bien également de pouvoir compter sur quelques nouvelles forces vives …

 

Dpr : Robert Gauvin, un mot de conclusion ?

 

R.G : Dans une île où les cultures se sont mêlées, on a toujours à dire : en réalité, nous parlons de nous mêmes, de ce qui fait notre culture. En cela, notre site permet de découvrir une Réunion, plus complexe, plus humaine.

Nombre de nos articles s’enracinent dans le passé, mais nous sommes loin d’idéaliser le « temps lontan » dont nous n’ignorons ni les souffrances ni les difficultés. Il s’agit pour nous de créer du lien entre le passé et le présent et de rendre ce présent plus fertile.

Notre blog est divers, il ne prétend pas être exhaustif… Il est centré sur notre île et ouvert au monde.

 

Les rédacteurs de dpr974

Avec nos remerciements à Robert Gauvin pour cet entretien amical et pour son ardeur à faire vivre notre blog.

 

 

 

Notes :

1) Robert Gauvin est l’auteur de « La Rényon dann kër », recueil de chroniques créoles, faites à Télé-Réunion, publication en 2007 aux Éditions UDIR.

2) « Au sortir de la guerre, l’habitat réunionnais se compose de 62% de paillottes en torchis et en paille, de 31% de petites cases en bois, et de seulement 7% de villas créoles et de cases en dur. » (Cf. 350 ans d’architecture à l’île de la Réunion. Jean-Denis Compain. Caue. Réunion.)

3) Nous avons eu, en effet, connaissance d’un message adressé à André-Maurice Maunier par un ami qui lui signalait l’existence de notre blog dont il mettait en exergue la diversité et il signalait que celui-ci n’était pas consacré uniquement à l’architecture… Il qualifiait le blog d’ « indispensable à qui s’intéresse au patrimoine de notre île » Nous l’en remercions bien sincèrement et essaierons de tenir compte de ses critiques positives. Dpr974.

Read Full Post »


 

« Église de Cilaos »

« Église de Cilaos »

Ceci constitue la suite et fin de notre article sur le Petit Séminaire de La Réunion. Christian Fontaine, ancien élève du Petit Séminaire, s’est prêté de bonne grâce à l’interview réalisée par DPR 974. Nous l’en remercions bien vivement.

Question : Tu arrives à la fin de ta scolarité au Petit Séminaire. As-tu toujours l’intention de devenir prêtre ?

Réponse : Non, absolument pas ; je crois que j’ai lentement mûri la décision de ne plus continuer dans cette voie. J’écris alors à mes parents pour leur dire mon intention de changer d’orientation et leur demander leur avis. Ils me répondent qu’ils me comprennent tout à fait.

Si les curés, de leur côté, connaissent ma décision, (je suppose qu’ils ont dû lire ma lettre, car les lettres des séminaristes étaient systématiquement lues) ils ne réagissent pas ouvertement : ni demande d’explication, ni réprimande. Ceci s’explique, peut-être, par l’arrivée d’un nouveau directeur de l’institution, le père Bail (2) qui est plus jeune que le père Berthou qu’il a remplacé. Il a une autre vision de l’institution, est plus ouvert sur l’extérieur : je n’en veux pour preuve que les spectacles, les représentations théâtrales que les petits séminaristes vont donner dans les paroisses…Donc, pas d’éclats ni de reproches…

Reste le problème de trouver un Lycée où m’inscrire, à St-Denis ou au Tampon (à l’époque les deux seuls lycées de l’île). Je ne suis pas seul. Nous sommes plusieurs à quitter le Petit Séminaire. Je pense que nous nous sommes concertés et que nous étions tous d’accord pour choisir le Lycée du Tampon. Mon père va donc voir M. Hibon de Frohen, le proviseur. Celui-ci est apparemment heureux de notre arrivée et fera tout pour créer la section de grec qui lui manquait. Nous pouvons donc poursuivre nos études avec les mêmes matières qu’au Séminaire.

Q : Pour quelle raison as-tu renoncé à continuer vers la prêtrise ?

R : Pour plusieurs raisons. La raison déterminante est que je me rends parfaitement compte que je n’ai plus la vocation, si tant est que je l’aie jamais eue. Je ne me vois pas devenir prêtre, et les jeunes filles ne me laissaient pas indifférent. D’autre part j’en ai assez de la vie au Séminaire, des corvées, des punitions corporelles, de certains contrôles et de certaines hypocrisies.

Depuis 5 ans j’ai aussi souffert de l’éloignement d’avec ma famille. Les vacances où je pouvais retrouver ma famille posaient également problème, n’étant pas calquées sur celles de l’Enseignement public : on reprenait tôt en janvier, alors que les autres ne recommençaient qu’en mars ; en juin, nos vacances étaient plus longues que celles du Public. J’étais toujours un peu en porte-à-faux par rapport à mes frères et mes sœurs… (Les jeunes prêtres arrivant de France étaient aussi sensibles à cet éloignement de leur famille. Cf. la lettre d’un jeune prêtre

« zoreil » adressée à l’évêque de Saint-Denis en décembre 1928 : « … Monseigneur, on a beau quitter son pays pour l’amour du Bon Dieu, il n’en reste pas moins vrai que la douleur des séparations vous mord quelquefois au cœur lorsque vous arrivez en un pays où vous ne connaissez personne et où vous n’êtes pas connu… »

 

« la route de Cilaos »

« la route de Cilaos »

 

Q : Tu parles d’éloignement, d’isolement, mais ton père avait une auto, il aurait pu venir te voir, et puis il avait le téléphone, le courrier…

  1. Cilaos était – est toujours un peu – le bout du monde pour les Réunionnais. Mon père avait certes une vieille Peugeot 203, mais qui n’aurait jamais pu faire le trajet dans ces montagnes aux interminables lacets (Ceux de la Plaine des Palmistes, ceux de la Plaine des Cafres, puis, pour couronner le tout, ceux de Cilaos). Je n’étais pas le seul dans cette situation. (Il y avait bien pire : François Grondin, par exemple, originaire de Salazie, passait, à pied, par le Cap Anglais, empruntait un sentier de cabris sauvages, accompagné d’un parent qui l’aidait à transporter sur des kilomètres et des kilomètres ses bagages pour venir à Cilaos.)

Pour ce qui est du téléphone, à l’époque, on n’était pas encore à l’ère du portable où l’on peut téléphoner cinquante fois par jour pour la moindre raison ou sans raison aucune, pour le plaisir de bavarder. À l’époque le téléphone était rare (Combien de téléphones y avait-il à Cilaos à l’époque ? un ? deux ? Celui de la Mairie ? Celui de la postière ?) et ne servait que pour les grandes occasions, pour annoncer un décès par exemple…

Q : Mais tu avais quand même la possibilité d’écrire à tes parents ?

R : Bien entendu. Cela se faisait régulièrement (on nous incitait d’ailleurs à le faire), mais on ne pouvait se permettre d’exprimer notre sentiment profond sur tel ou tel professeur et sur ses méthodes « novatrices » en matière pédagogique. Je me souviens de la raclée magistrale qu’un élève de 5e a reçue pour avoir écrit noir sur blanc ce que tout le monde pensait tout bas d’un professeur. Il a été tout de suite après renvoyé avec armes et bagages dans ses foyers. Que faire alors ? Alors les Séminaristes s’autocensuraient comme les soldats de 14 qui affirmaient qu’au front tout allait pour le mieux…Certains anciens du Séminaire m’ont raconté qu’ils faisaient passer subrepticement le courrier vers l’extérieur par des élèves externes, natifs de Cilaos et en retour ces derniers étaient récompensés par du chocolat par exemple. En fait, on ne devait pas outrepasser certaines règles dites ou non dites. Dura lex, sed lex !

Q : Tu es donc allé au Lycée du Tampon, mais au Tampon, tu n’es pas beaucoup plus près de ta famille…

R : C’est vrai, mais je suis quand même en famille. Je vis chez une tante, Lucida Fontaine, veuve et institutrice, qui m’a accueilli comme son fils et m’a hébergé pendant 2 ans. Chaque week-end je pouvais rentrer à la maison si je le voulais.

Q : Ton isolement au Séminaire était-il total ? N’avais tu pas des copains à qui te confier ?

R : Certes, si la vie a été un peu plus agréable, c’était principalement à cause des camarades : ensemble nous nous défoulions grâce au sport (souvenons nous de l’adage latin : « Mens sana in corpore sano »), aux jeux au Trou Pilon, aux randonnées à la Roche merveilleuse, au Piton des Neiges, au Bras Sec… C’est comme cela que des amitiés se sont affirmées : vers mes 15 ans, j’apprends à mieux connaître un jeune séminariste, originaire de Cilaos, Dominique P. qui me prend en amitié et me fait connaître sa famille. Il vient aussi chez moi pendant les vacances. C’est chez lui que je bois pour la première fois le vin de Cilaos que son père fabriquait, à partir du fameux raisin « Isabelle » qui, paraît-il, rendait fou. Dominique P. se destinait à la prêtrise. Il a fait un an au séminaire de Dax, mais est bientôt rentré à la Réunion, ayant compris qu’il n’avait pas la vocation.

Q : N’y avait-il pas, parmi les prêtres, les enseignants, quelques uns plus compréhensifs que d’autres ?

R : Bien entendu : Le P. Mayer, par exemple, m’a marqué qui tenait à manger la nourriture des Séminaristes et non celle réservée à «  l’encadrement ». Je me souviens aussi d’un laïc, d’origine suisse, Paul Jubin, professeur de mathématiques et excellent pédagogue. Je n’ai pas non plus oublié le père Ritter qui m’a donné le goût du français. Et deux anecdotes me reviennent ici en mémoire qui témoignent que nous avions parfois de bons moments.

« Le bureau des professeurs du Séminaire »

« Le bureau des professeurs du Séminaire ». Coll. E. Boulogne.

 

Q : Lesquels?

R : Nous finissions parfois   par oublier notre isolement, car les prêtres s’efforçaient de nous cultiver par différents moyens. Nous allions de temps en temps au cinéma dans la salle qui était en dessous du Séminaire. C’était l’enthousiasme quand on nous annonçait, par un dimanche après midi pluvieux, qu’on allait nous y conduire. On nous invite un jour à voir « Quand passent les cigognes… », un superbe film de Mikhaïl Kalatozov (1957). Quand Tatiana embrassait Alekseï, le Père Ritter fermait les yeux et demandait à un élève de lui dire quand cela se terminerait. Ses voisins se faisaient alors un malin plaisir de ne rien lui dire et le brave Père Ritter gardait les yeux fermés bien plus longtemps que nécessaire ! Est-il besoin de préciser que les films étaient à l’époque bien innocents par rapport à ceux d’aujourd’hui ?

Une autre fois nous sommes allés voir la prestation d’un acteur qui déclamait des poésies parfois toutes nouvelles pour nous. On restait bouche bée en l’écoutant déclamer entre autres poèmes « Le hareng saur » de Charles Cros.

Une autre anecdote m’a concerné directement : je me souviens d’une fête paroissiale sur la place de l’église, où nous pouvions aller après la messe. Mon seul problème était que je n’avais pas un sou vaillant. Le père Berthou, voyant mon air déconfit, s’enquiert de ma situation : « As-tu un peu d’argent ? » Je lui répondis négativement. Il sortit alors une petite somme de sa poche et me la remit. Je n’en revenais pas. J’étais heureux. Je pouvais faire comme les autres : m’acheter une boisson, jouer aux petits chevaux. Je mise alors une petite somme et je gagne. La somme était multipliée par deux ou trois. Je mise à nouveau et je gagne encore. Tous les joueurs sont épatés et je continue de jouer…Est-ce utile de préciser que la chance tourne et que je me retrouve  Gros-jean comme devant ? Cela m’a servi de leçon et je ne suis jamais devenu « accro » aux jeux de hasard.

Q: Qu’est à présent devenu le Séminaire ?

R : Il a fermé en 1972, six ans après mon départ. Peut-être parce que sa « rentabilité » en nombre de prêtres était insuffisante. Dans les années 1990 certains locaux ont été utilisés par un restaurateur, puis par des associations locales. À l’heure actuelle l’ensemble est dégradé et les derniers incendies n’ont rien arrangé. Il n’y a que peu d’espoir d’une restauration. Une association des anciens a été autrefois créée, je crois, par le Père Maxime Grondin, un enfant de Cilaos (1911-1997). Ces dernières années, je retrouve régulièrement les anciens avec l’association présidée par Jean-Bernard DEVEAU. Notre but serait, outre la rencontre annuelle, de ne pas perdre tout ce patrimoine et nous avons en projet d’écrire nos mémoires pour nos enfants, ce qui ne serait déjà pas si mal.

Notes :

 

  • Le P. Michel Bail est né en 1929 (France) et décède en 2009 en France.
  • Le Père Berthou, né en 1904 (France) arrive à Cilaos en 1927. Décédé vers 1980 en France.

Read Full Post »


Le Cri du margouillat, lancé par l’Association Band’ Décidée fête ses 30 ans (1). Et depuis, l’esprit « Margouillat » plane. Son cri s’entend dans diverses productions : étonnant, caustique, insolite, tendre ou agressif… Si, au fil des années, le magazine de bande dessinée s’est transformé, s’il « a changé de gueule, (…) ce n’est pas pour la fermer » (2).

Voilà une revue qui a contribué à fortifier une BD réunionnaise inscrite désormais dans le vaste monde de la BD. Pour nous parler des aventures du « Margouillat », nous avons rencontré Boby Antoir (3), Président de l’Association Band’ Décidée, Rédacteur en chef du Cri du Margouillat, puis directeur de publication des éditions Centre du Monde. Et nous avons eu le plaisir d’écouter un « Rédac’ chef » beaucoup plus bavard heureusement que « Chose », son personnage de BD (4).

 

Entretien avec Boby Antoir

 

  1. Comment est née la BD Le Cri du Margouillat ?

Boby Antoir : C’est tout simple : d’une rencontre exceptionnelle entre des gens qui aimaient la BD et dessinaient déjà. La majorité des premiers dessinateurs du Cri du Margouillat – dont des lycéens et étudiants – se sont rencontrés en 1986 lors d’une exposition « Rock et BD » montée au CRAC par un jeune VAT, Olivier Pradinaud. Et là, l’idée a surgi de faire une revue de BD. On a alors lancé l’Association Band’ Décidée et édité la première revue en juillet 1986. Pour le nom de la revue, on en avait trouvé de marrants. Mais le nom « Margouillat » est apparu comme celui d’un animal emblématique, au cri étonnant. Comme il existait un journal nommé « Le cri du peuple », Le Cri du Margouillat nous ramenait au journalisme.

 

Autour de "Chose", Figures de l'aventure du "Margouillat" par Michel Faure, 2016 (1)

Autour de « Chose », Figures de l’aventure du « Margouillat » par Michel Faure, 2016 (1)

 

  1. Quels sont ceux qui ont accompagné les premières années du Cri du Margouillat?

Boby Antoir : Michel Faure (5), le seul qui était professionnel et avait déjà édité chez Glénat, a été pour nous une sorte de parrain bienveillant. Il nous a soutenus tout de suite. Il nous donnait des conseils. Et il nous confiait des planches qu’on éditait. Il était d’une attention et d’une gentillesse extrêmes pour les dessinateurs. Il a toujours été là. Parmi les auteurs des deux premières années, on peut citer (outre Boby) Appollo, Serge Huo-Chao-Si, Li-An, Goho, Mad, Anpa, Séné, Tehem, Mozesli, etc…

A l’époque, on a été aidés par la municipalité de Saint-Denis qui nous a offert un stand au Salon du livre et de l’image de Saint-Denis. On y a rencontré pas mal d’auteurs de BD qui étaient invités et non des moindres. Et surtout, c’est le public qui nous a rencontrés. On a eu alors son soutien.

 

  1. Et si on faisait maintenant l’histoire des « Margouillats » ? Et des différentes déclinaisons du Cri du Margouillat et productions de l’Association Band’ Décidée ?

Boby Antoir : On a édité d’abord, de 1986 à 2000, Le Cri du Margouillat : un vrai magazine de BD, plutôt humoristique, avec peu de texte. Il y a eu 28 numéros. Et on passe directement au n° 30 pour fêter les 30 ans de la revue ! A partir de 1995, il y a eu adjonction au Cri du Margouillat d’un supplément satirique, Le Marg, avec des dessins en noir et blanc qui illustraient des textes plutôt polémiques et politiques.

En 2000 est né Le Margouillat, un journal mensuel, mixte des précédents et plus polémique. André Pangrani en a été le rédacteur en chef. Ce journal, qui a duré 2 ans, a fini par un gratuit intitulé Elections pestilentielles pour soutenir Chirac face à Le Pen.

Par ailleurs, on a eu besoin d’éditer des albums de nos dessinateurs. Avec la parution des Tiburce de Tehem, en 1996, on a lancé notre maison d’édition qui s’appelle Centre du Monde en reprenant les initiales CDM de notre 1ère revue. On a aussi impulsé l’idée d’un festival BD à La Réunion.

Et quels étaient vos contacts et soutiens pendant ces années ?

Pour l’édito de la revue n° 30 du Cri du Margouillat, j’ai repris les éditos des 28 numéros précédents pour en faire une synthèse et je me dis : quelle tristesse ! J’ai ressassé au fil des années toujours la même ritournelle : on ne nous aide pas suffisamment ! D’où le rythme non régulier, « aléatoire » de nos revues. On sortait quand on avait de l’argent. On vendait plus de la moitié de nos tirages qui étaient de 1 500 à 2 000 exemplaires par numéro. Les rares qui nous aidaient, de très modeste façon, étaient la ville de Saint-Denis, le Conseil Général, le Conseil Régional, la DRAC – à l’époque pour quelques déplacements –, et l’ODT à sa manière…

Je me rappelle les festivals à Angoulême, avec émotion. Même si notre stand était proche des fanzines et donc éloigné des grands éditeurs, de très grands dessinateurs, comme par exemple Moebius, se déplaçaient pour venir dans notre petit coin nous saluer, nous dire « Chapeau ! ».

Finalement, on a déménagé d’un lieu à l’autre. On a cultivé l’art de la débrouille. On n’a pas eu beaucoup de subventions mais, grâce aux éditions du Centre du Monde, on a édité des albums qui ont eu beaucoup de succès comme les Tiburce dont le premier tome a fait l’objet de 6 rééditions de 5 000 exemplaires.

 

Couvertures du Cri du Margouillat n° 26 par Huo-Chao-Si et n° 23 par Tehem

Couvertures du Cri du Margouillat n° 26 par Huo-Chao-Si et n° 23 par Tehem

 

  1. Et depuis les années 2000, où en êtes-vous ?

Boby Antoir : De 2000 à 2010, il y a eu comme une sorte d’essoufflement, un trou (sauf pour la maison d’édition). Vers 2000, il y a des auteurs du Cri du Margouillat qui sont partis (études, service militaire, vie personnelle…). Il y en a qui se sont professionnalisés. On n’avait plus tellement de production. C’était un temps difficile pour l’association.

Le renouveau date des années 2010. Depuis 2 ou 3 ans, il y a une nouvelle dynamique. Ce sont des jeunes qui pour beaucoup sont étudiants des Beaux-Arts et ont envie de dessiner. Il y a beaucoup de filles pour une fois, dont Anjale, Maca Rosee, Emma Cezerac, Anna Vitry, Emelyne Chan, etc… On se rencontre au local. Ils sont toujours très présents. Cette nouvelle génération est épaulée par nous, les vieux. On a sorti le magazine LaboMarg en 2015.

 

  1. Y a t-il un esprit Band’ Décidée ? Un cri, un trait singulier selon les créateurs ?

Boby Antoir : Chacun fait ce qu’il veut. Au Cri du Margouillat, on aime bien que le dessin ne soit pas une simple reproduction réaliste du réel, mais qu’il en soit un aménagement artistique et personnel.

Serge Huo-Chao-Si saisit le réel réunionnais avec une palette large – pouvant être assez érotique – avec des personnages de gueules cassées. Tehem, créateur des gags de Tiburce, fait ailleurs une restitution de décor assez parfaite, mais ses personnages sont des animaux. Le trait de Flo est plus suggestif. Avec un « style girly », elle met en scène des problèmes de femmes avec leurs enfants, leurs mecs, leurs copines. A l’inverse, David propose lui des images de pin-up et fait carrément des dessins érotiques. Dans la BD, il y a aussi cette image-là de la femme. Li-An fait des adaptations de romans ou des portraits de personnages célèbres. Stéphane Bertaud et Ronan Lancelot aiment bien tout ce qui ce qui est style Pokémon, superman, super héros. Hopokop, c’est un peu spécial. Le temps béni des colonies, c’est un peu hard et c’est à lire au second degré ; on peut même essayer le troisième degré ! Hippolyte, il fait tout. Il travaille sur l’Afrique, sur La Réunion aussi. D’autres créateurs usent d’un trait minimaliste, comme Séné dans Zistoir plafon.

Et aussi comme Boby, le créateur de « Chose »?

« Chose », c’est un personnage calme, muet, qui a un bel embonpoint et à qui il arrive sans cesse des histoires absurdes qui sont des mésaventures. C’est un gag récurrent.

 Planche tirée de Sandryon de Appollo et Huo-Chao-Si

Planche tirée de Sandryon de Appollo et Huo-Chao-Si

 

  1. En quoi peut-on parler de BD réunionnaise et dire que le Cri du Margouillat a contribué à fortifier la BD réunionnaise ? Et révélé des talents réunionnais ?

Boby Antoir : Après Potémont, Roussin, Blancher, etc… (6), on voulait mettre en scène La Réunion. La majorité de nos BD sont situées à La Réunion. Avec des personnages ayant des attitudes et des réflexions qui sont bien réunionnaises. Et qui parlent bien souvent en créole. Un créole qu’on a voulu laisser libre du point de vue de la graphie. C’était la règle du jeu. On a repris des personnages légendaires, historiques ou emblématiques de l’île comme le dodo, les esclaves marrons, Saint-Expédit, le Kaniar Way of life, etc…

Vous avez aussi créolisé certains mythes et histoires ?

En effet, on a repris, en particulier Serge Huo-Chao-Si, Appollo, Anpa, des histoires qui ne sont pas de notre patrimoine traditionnel réunionnais comme le Père Noël (Albert Noël), Cendrillon (Sandryon), le naufrage du Titanic (Titanik Pride), les extra-terrestres (Mars Deor), etc…

C’est un peu la réussite du Cri du Margouillat d’avoir fait une BD, même lue en Métropole et qui met en scène tout un monde réunionnais. Et d’avoir révélé des talents réunionnais.

Justement, qu’en est-il de la professionnalisation de certains auteurs du Cri du Margouillat ?

Sont passés par le Cri du Margouillat une pépinière de talents. Des créateurs qui ont fait une œuvre reconnue, éditée ici ou ailleurs. On peut citer Tehem qui a réalisé les séries Tiburce, Malika Secouss (éd. Glénat) et un des derniers Spirou. Parmi ceux qui se sont professionnalisés, il y a aussi Li An qui a réalisé Le cycle de Tschaï (écrit par Jack Vance) chez Delcourt. Appollo et Huo-Chao-Si sont eux édités un peu partout. Ils ont eu le Grand Prix de la critique pour La Grippe coloniale (éd. Vent d’Ouest). Appollo a eu un prix du meilleur scénariste pour son œuvre. Une de ses BD, Ile Bourbon 1730 (coréalisée avec Trondheim), a été traduite en sept langues. Ronan Lancelot a été rédacteur en chef de Fluide glacial et maintenant de Vocable

Couvertures du Cri du Margouillat n° 9 par Li-An et du n° 25 par Flo.

Couvertures du Cri du Margouillat n° 9 par Li-An et du n° 25 par Flo.

 

  1. Qu’est-ce qui fait du Cri du Margouillat une BD ouverte au monde ?

Boby Antoir : Elle traite de sujets généraux, universels, sauf qu’ils peuvent se passer ici parfois. Par exemple les rapports hommes/femmes, la sexualité, la connerie. On rigole beaucoup de la connerie des gens. Il y a aussi des auteurs qui font des histoires de science-fiction, d’aventures détournées de pirates, de mythologies, etc…

Quels sont vos rapports avec les pays de l’Océan Indien ?

On n’est pas enfermés dans l’île. On a vraiment rencontré et amené à nous des auteurs de Madagascar, une mine de dessinateurs doués. Ils étaient très heureux de pouvoir être édités. On a eu des liens très étroits avec eux, en particulier Anselme, Aimérasafy, Rado, tous morts depuis. On a fait également des numéros avec quelques Mauriciens dont Laval N’G qui est un professionnel aussi. Avec Vincent Lietard – de Mayotte – qui a fait un personnage nommé Bao et qui est l’équivalent de Tiburce. On a eu des contacts avec L’Afrique du Sud par des dessinateurs de la revue Bitterkomix. Certains, comme Joe Dog et Conrad Botes, qui travaillent entre autres sur les rapports raciaux en Afrique du Sud, sont venus plusieurs fois à La Réunion. On a édité leurs planches.

Et quels sont vos rapports avec le monde et l’univers plus large de la BD ?

Il y a les rencontres lors de festivals ici et ailleurs. Par exemple, aujourd’hui pour les 30 ans du Margouillat (1). Il y a les auteurs pays qui ont une professionnalisation en Métropole mais continuent à dessiner pour nous, par exemple Tehem, Li An, Michel Faure, tous parmi les premiers auteurs du « Margouillat ». Il y a aussi, à l’inverse, des auteurs qui ne sont pas du « Margouillat », ni de La Réunion, mais qui dessinent pour nous, par exemple Lewis Trondheim ou le Québécois Guy Delisle, etc…

 

  1. Le mot de la fin ?

Boby Antoir : Au bout de 30 ans, j’aimerais bien qu’il y ait un relais. Mais je suis très content. J’ai vécu des rencontres formidables. Une aventure extraordinaire et très enrichissante.

 

Nos remerciements à Boby Antoir qui nous a accueillis avec sa bienveillance plus que légendaire.

 

Marie-Claude DAVID FONTAINE

 

 

  1. Pour les 30 ans du Margouillat est sorti le n° 30 du Cri du Margouillat. Une exposition a eu lieu à la Cité des Arts (du 3 au 15 janvier 2017). L’association a organisé des « master-class » réunissant professionnels et jeunes autour de la pratique de la BD, ainsi que des rencontres et concerts dessinés lors de l’anniversaire des 30 ans (du 3 au 5 décembre 2016).

Nos remerciements également à tous pour les images exceptionnelles de l’exposition et les planches qui sont reprises dans cet article :

– photo1 : Michel Faure et les figures du Margouillat, Faure de café, n° 30. Outre « Chose »(n° 2 à gauche) de Boby Antoir, on peut identifier « Momo »(n° 5) de Moniri, un dessinateur toujours présent au Cri du Margouillat depuis 1991.

– photos 2 et 4 : couvertures des n° 26 par Huo-Chao-Si, n° 23 par Tehem, n° 9 par Li-An, n° 25 par Flo,

– photo 3 : planche tirée de Sandryon de Appollo et Serge Huo-Chao-Si, n° 24, 1997.

  1. Le Cri du Margouillat, Nou lé là ! édito du n° 26, 3ème trimestre 1998.
  2. Jean-Claude Antoir, dit Boby Antoir, a été professeur de Génie mécanique au Lycée Lislet-Geoffroy à Saint-Denis.
  3. Les parenthèses sont de la rédactrice de l’article.
  4. Michel Faure avait entre autres déjà publié à l’époque : Les aventures de L’étalon noir, Les Pirates de l’Océan Indien, La Buse et une partie des Fils de L’aigle (ces deux derniers avec Daniel Vaxelaire). Outre la collaboration à divers numéros du Cri du Margouillat, il a réalisé les planches Faure de café pour le n° 30 et l’exposition.
  5. Potémont et Roussin ont fait une série de planches satiriques dans La lanterne magique, au moment de l’abolition de l’esclavage, en 1848. Marc Blanchet qui faisait de la BD dans le JIR, dans les années 1970, avait monté un journal nommé 125 CF. Le Cri du Margouillat a édité pas mal de planches de Gaspard, réalisées par Blanchet.

Read Full Post »


Qui ne connaît Maxime Laope, « chanteur populaire et chantre de l’âme créole » ? Voilà 10 ans qu’il nous a quittés mais ses chansons, sa voix nous accompagnent toujours. C’est également grâce à ses paroles qu’Expédite Laope-Cerneaux a pu sauver l’histoire de la famille de son père qu’elle raconte dans son roman Clotilde de la servitude à la liberté (1). En évoquant le destin exceptionnel de Clotilde, grand-mère de Maxime, qui née esclave a été affranchie en 1848, puis a exercé le métier de matrone au Plate Saint-Leu et aidé sa propre fille, Egyptienne, à accoucher de son fils Maxime le 29 juillet 1922. Le destin de ce « premier Laope qui est né libre », puis est devenu un « des piliers de la culture réunionnaise », est lui aussi exceptionnel. Il est retracé dans Maxime Laope, un chanteur populaire  (2), ouvrage co-écrit par Expédite Laope-Cerneaux et Bernadette Guillot, qui nous permet de découvrir également le trésor de ses chansons dont les paroles sont retranscrites.

Ecoutons Expédite Laope-Cerneaux nous parler de son père, le chanteur Maxime Laope.

 

  1. Au-delà de son histoire, qu’est-ce qui fait de Maxime Laope « un homme bien ancré dans le terroir réunionnais » ?

C’est le fait qu’il était issu d’une famille de prolétaires, de gens attachés à la terre, de pauvres. Dans sa vision restrictive, les vrais créoles, ce sont les gens qui ont construit des choses, qui étaient des petites gens mais qui ont peiné.

Son père était un engagé, un pêcheur, un homme modeste. Il ne l’a pas connu d’ailleurs et l’a rencontré à 19 ans, de son propre chef. Sa mère aussi était une femme très modeste. D’abord, à Saint-Leu, elle était la femme de ménage de la gendarmerie, après, à Saint-Denis, elle est devenue coursière. C’est le métier qu’il a fait lui-même plus tard (3). Coursière, elle portait des plis pour ses patrons à différentes entreprises alors qu’elle ne savait pas lire. On a du mal à se représenter cela, mais, chargée de mission illettrisme, je sais que les gens qui sont illettrés peuvent se débrouiller. Le fait de venir d’une famille comme celle-là faisait de lui quelqu’un qui était particulièrement attaché au terroir, il n’était pas sans racines. Il est bien d’ici. A la rencontre de plusieurs continents. Comme beaucoup de Réunionnais. Il attachait beaucoup d’importance à ce qu’il appelait les anciens. Pour lui, c’étaient des gens qui comptaient, qui avaient fait de lui ce qu’il était.

 

Maxime Laope à Saint-Gilles, collection Laope

Maxime Laope à Saint-Gilles, collection Laope

  1. Qu’est-ce qui fait de Maxime Laope un « chanteur populaire, chantre de l’âme créole » ?

Ses textes, c’est du quotidien ; c’est ce qui est vécu par les gens, ce sont des témoignages d’une époque et d’une certaine vision du réel. C’est ce qu’on a voulu montrer au travers du livre Maxime Laope, un chanteur populaire .

Les chansons de mon père, je les connaissais depuis toujours. Très petite, on l’écoutait beaucoup. Vers l’adolescence, je trouvais que c’était naïf. Et puis on murit. Surtout à mon retour en 1984. Le fait d’avoir vécu en France avait mis en relief mon identité de créole. C’est là que j’ai commencé à aider mon père, je lui ai écrit ses discours, par exemple la petite homélie qu’il a voulu dire à la mort de Benoîte Boulard. Et c’est là que j’ai commencé à m’intéresser aux paroles des chansons et à me rendre compte que ce qu’il écrivait, ce qu’il chantait, c’était la culture populaire. C’était une culture qui n’était pas académique mais qui était le reflet des façons de penser. En analysant ses chansons, quand j’ai dû les retranscrire pour le livre, j’ai vu qu’il parlait de La Réunion, des gens, de ce qu’ils pensaient, de ce qu’ils ressentaient. Donc, c’est pour ça que je dis qu’il est un chantre de l’âme créole. Il décrit des réalités – pas de façon cartésienne ou de la manière dont l’école m’a formée – mais c’est bien le réel. Par exemple Bébète la mer qui revêt une signification particulière à notre époque. La chanson évoque un monstre marin peut-être imaginaire, mais aujourd’hui, nous autres, on entend les ravages causés par un « bébète la mer » bien réel. Rodali évoque un fait-divers de l’époque avec pour héros l’écrivain Henri de Monfreid ; Madina, les veillées mortuaires…

Et La rosée tombée  ?

La rosée tombée date des années 44-45, bien avant que sa carrière publique de chanteur ne commence. C’était un soir de mal du pays pendant son service militaire à Madagascar (car il s’était engagé à l’âge de 19 ans dans les Forces Françaises Libres). Il y parle de son pays, de la case de sa mère, de scènes de vie de La Réunion auxquelles il pense avec nostalgie. Et puis il a oublié ce texte dans son « cahier-romances ». En 1952, quand Benoîte et lui ont cherché qu’est-ce qu’ils pouvaient bien chanter en duo pour remporter le radio-crochet, ils ont choisi La rosée tombée. Ce texte s’est répandu dans l’Océan Indien. Beaucoup dans les îles l’ont entendue toute leur vie, parfois sans même savoir que c’était du Maxime Laope (4).

 

Maxime à 30 ans, collection Laope

Maxime à 30 ans, collection Laope

 

 

  1. Entre séga et maloya, comment situez-vous Maxime Laope ?

En réalité chez Maxime Laope, comme chez beaucoup d’autres chanteurs de son époque, je ne pense pas qu’il y ait eu de rivalité séga/maloya. Ce qu’il y a, c’est que la société bien pensante a mieux accepté le séga. Mais je pense que cette rivalité est quelque chose de complètement artificiel qui a été reconstruit à notre époque essentiellement par la presse. De toute façon, le séga est le fils du maloya. Après… c’est un autre rythme etc…

Maxime Laope avait des maloyas enregistrés dans ses 78 tours, mais on ne mesurait pas l’importance que cela avait. Il a toujours parlé du maloya. Il disait que dans sa famille, le 20 décembre, les femmes ne travaillaient pas, elles dansaient le maloya du matin au soir comme ma grand-mère par exemple. Donc, cette mémoire du maloya était restée chez lui et il en avait dans son répertoire mais comme ce n’était pas la mode et que ça ne passait pas bien, quelques fois il avait un titre trompeur : par exemple il avait des chansons qui s’appelaient « séga maloya ». Donc le maloya n’est pas apparu en 79 avec le disque du PCR. Il était déjà chez certains chanteurs.

 

Maxime Laope et Benoîte Boulard, dessin de Michel Faure, collection Laope

Maxime Laope et Benoîte Boulard, dessin de Michel Faure, collection Laope

 

 

  1. Quels sont les moments majeurs de la carrière musicale de Maxime Laope ?

Des moments majeurs, il y en a sûrement plusieurs mais je dirai que c’est la rencontre avec Benoîte Boulard vers 1950 ou 51. Ils étaient d’abord concurrents pour la 1ère place de ces fameux radio-crochets de l’époque, puis ils se sont associés pour former le duo que tout le monde a connu. Ils ont enregistré leur 1er disque ensemble en 1952, et cela a été le record de vente de disques, alors que la majorité des gens n’avaient même pas de « pathéphone ».

Ensuite, à mon avis, ce qui a compté c’est la rencontre avec Georges Fourcade, à la fin des années 50. Fourcade était déjà assez âgé, connu et reconnu comme auteur créole. C’est lui qui a poussé Maxime à chanter définitivement en créole, et l’a encouragé à écrire lui-même. Maxime a gardé son goût pour la variété française, le répertoire des « chanteurs de charme », avec lequel il avait débuté, il en chantait souvent dans les fêtes familiales mais il a construit sa carrière avec la chanson créole et se définissait comme tel. Et ça, c’était grâce à Georges Fourcade, qui a été son maître, son mentor et son ami.

Une date qui a sûrement compté aussi, c’est lorsque qu’il a reçu avec Benoîte en 1982 la médaille française des Arts et Chorales pour l’ensemble de leur carrière, décernée par Jack Lang, alors ministre de la Culture.

Enfin, je crois qu’on ne peut pas ignorer qu’en 1997, il a été fait chevalier de la Légion d’honneur par le président Chirac. Il est le 1er chanteur réunionnais ainsi honoré, et pour un répertoire strictement créole.

 

  1. Quel est le but de L’Association Famille Maxime Laope ?

L’association a été créée en 2002 par les enfants et petits-enfants de Maxime Laope. Notre mission c’est de conserver, mettre en valeur et diffuser l’œuvre musicale de Maxime Laope à La Réunion et dans le monde. Et préserver le droit moral de ses descendants sur son héritage artistique. Pour ce faire, nous réalisons des activités culturelles et festives autour de sa vie et son œuvre. Pour montrer que cette œuvre est vivante et qu’elle a encore du sens aujourd’hui.

Le chanteur nous a offert son œuvre en partage. A nous de la faire vivre aussi.

Avec nos remerciements à Expédite Laope-Cerneaux pour cet entretien et pour les photographies aimablement communiquées.

 

Marie-Claude DAVID FONTAINE

  1. Clotilde, de la servitude à la liberté, Expédite Laope-Cerneaux, 2014, ed L’Harmattan

On pourra lire sur dpr974 un article sur ce roman ainsi qu’un entretien avec l’écrivain.

https://dpr974.wordpress.com/2015/02/18/une-lecture-de-clotilde-de-la-servitude-a-la-liberte-roman-dexpedite-laope-cerneaux/

https://dpr974.wordpress.com/2015/03/04/entretien-avec-expedite-laope-cerneaux/

  1. Maxime Laope, un chanteur populaire, Bernadette Guillot et Expédite Laope-Cerneaux, collection Souvenirs, Textes et Chansons, ed JFR-la Barre du Jour, 1999
  2. L’ouvrage Maxime Laope, un chanteur populaire évoque les différents métiers qu’il a exercés et lui ont permis d’avoir une large connaissance de notre univers. Il a été apprenti en tant que tailleur, menuisier, coiffeur, mécanicien, boulanger ; a travaillé dans une imprimerie, aux Ponts-et-Chaussées, aux PTT, puis a été coursier pour la société Foucque.
  3. Le commentaire d’accompagnement du texte La rosée tombée dans Maxime Laope, un chanteur populaire  signale une chanson « écrite un peu dans l’esprit maloya, c’est-à-dire sans lien précis entre les différents couplets (…) Elle évoque bien l’univers réunionnais ».

Read Full Post »


Il nous fallait un guide pour découvrir Trois-Bassins, petite commune de notre île, que beaucoup de Réunionnais connaissent fort mal … Pouvions – nous rêver de guide plus passionnant que Daniel Vabois, l’humoriste bien connu, mais aussi le naturaliste, le poète, l’amoureux de l’histoire de son île? L’on sent, à travers ses récits, ses anecdotes, ses rires, ses indignations même,  l’amour qu’il porte au « péi » natal. C’est là que ses parents se sont installés au pied du Grand Bénare, entre  Grande et Petite Ravine, au début du 20e siècle. C’est là que Daniel a pris racine. Il s’est livré avec nous au jeu de questions-réponses, pour le plaisir des  lecteurs de Dpr974.

 

Dpr974 : Daniel Vabois, bonjour ! Un nom inhabituel que celui de votre commune, pas de nom de Saint comme dans le chapelet des communes du littoral, ni de nom malgache comme pour certaines communes des Hauts, souvenir de l’époque du marronnage. D’où ce nom vient-il ?

 

Daniel Vabois : C’est tout simple : la commune de Trois-Bassins tire son nom de celui d’une ravine connue depuis l’époque de la première tentative de colonisation de Madagascar par la France. En 1646, une douzaine de fortes têtes avaient été expédiées en exil à l’île Bourbon par le gouverneur du Fort Dauphin, Jacques de Pronis. Lorsque en 1649, Etienne de Flacourt, son successeur, les fit rapatrier, les mutins lui firent une description édénique de leur vie sur l’île Bourbon et mentionnèrent, notamment, une ravine située dans l’ouest de l’île et dont le lit comportait trois larges bassins dans sa partie littorale. Flacourt a d’ailleurs fait figurer ce cours d’eau, sur une carte parue en 1661, sous la dénomination : « ravine des trois bassins ».

 

L’île Bourbon, dessin Huguette Payet, d’après la carte d’Étienne de Flacourt.

L’île Bourbon, dessin Huguette Payet, d’après la carte d’Étienne de Flacourt.

 

Dpr974 : Voilà donc un premier mystère éclairci, mais quel rapport avec les bassins du Cormoran, des Aigrettes, des Trois Roches et du Bassin Malheur ?…

 

D.Vabois : Il n’y en a pas, géographiquement parlant. Le « Bassin Cormoran », « le Bassin des Aigrettes », « le Bassin Trois Roches », « le Bassin Malheur » se trouvent dans la Ravine Saint-Gilles, sur le territoire de la commune de Saint-Paul. Ceux de la Ravine des Trois Bassins n’ont pas reçu de noms particuliers. Par ailleurs, ils sont très difficilement repérables aujourd’hui, du fait du travail de l’érosion et de l’envahissement par la végétation.

 

Dpr974: Je fais volontiers mon mea culpa… Revenons à présent à Trois-Bassins et à son origine. Quand donc la Commune est-elle née?

 

D.Vabois : Elle est née en 1897 par détachement d’une partie du territoire communal de Saint-Leu (1) (arrêté gubernatorial du 15 avril) et élection de son premier maire, Henri Auber (le 09 mai). Jusque là, Trois-Bassins avait été une section administrative de la commune de Saint-Leu. Depuis 1888, dans une première pétition, les habitants de ce quartier avaient demandé la création d’un poste d’adjoint spécial. Il leur aura fallu beaucoup de persévérance et de combativité pour obtenir leur émancipation (2).

 

Dpr974 : Pouvez-vous nous parler des différents paysages de la Commune ?

Sur la carte de La Réunion, le territoire communal de Trois-Bassins présente les contours d’une langue de terre, qui s’étire « du battant des lames au sommet des montagnes », comme l’on disait autrefois. Il s’étend sur près de 4.500 ha au long d’un énorme relief pentu appelé planèze du Grand Bénare. En se basant sur la nature des formations végétales qui s’y sont développées, on peut grossièrement subdiviser ce territoire en trois grandes zones, correspondant à des paysages actuels :

 

Une zone littorale (de 0 à 400 m d’altitude)

 

Embouchure de la Ravine des Trois Bassins (Coll. D. Vabois)

Embouchure de la Ravine des Trois Bassins (Coll. D. Vabois)

 

Zone à déficit pluviométrique important, elle porte une savane couverte de Pikan, de Zépinar, de Galabert (corbeille d’or) et autres majestueux Tamarins de l’Inde. On y trouve aussi, dans sa partie haute, une abondance de faux Poivriers (dits Baies roses ou bois d’l’Encens). En bordure de mer, s’étalent deux petites plages de sable corallien, dont une située dans l’embouchure de la Ravine des Trois Bassins, particulièrement fréquentée pour la pratique du surf.

Cette zone est traversée du nord au sud par la route nationale N°1.

Une zone intermédiaire (de 400 à 1200 m)

En gros, jusqu’à environ 800 m d’altitude, les terres sont essentiellement couvertes de champs de canne à sucre.

C’est la partie la plus urbanisée du territoire communal (entre 500 et 750 m d’altitude). Elle comporte un « centre ville » où l’on trouve mairie, église, gendarmerie, poste, pompiers, écoles… et des écarts nommés Bois de nèfles, Montvert, La Grande Ravine, La Petite Ravine.

Elle est traversée du nord au sud, dans sa partie basse par la Route des Tamarins toute récente (livrée en 2009), dans sa partie haute par la Route Hubert de l’isle, voie de communication beaucoup plus ancienne (livrée en 1856).

Au-delà des 800 m, se développe une zone d’élevage caractérisée par des prairies d’altitude, depuis environ une trentaine d’années. Auparavant, on y trouvait des champs de Géranium rosat dont l’extraction de l’huile essentielle a constitué longtemps une importante ressource économique pour les familles de Trois-Bassins.

Une zone haute (de 1200 m à 2896 m)

Les formations végétales qui s’y développent conduisent à la décomposer en deux sous-zones : celle des forêts, qui s’étire jusque 1900 m d’altitude, et celle de la brousse secondaire (dite altimontaine) au-delà.

Cette zone est traversée, vers 1500 m, du nord au sud par une route forestière bétonnée (livrée en 1975), qui relie le site du Maïdo à celui du Tévelave, sur une trentaine de kilomètres.

 

Les paysages de Trois-Bassins s’arrêtent aux bords du rempart du Grand Bénare, troisième plus haut sommet de l’île après le Piton des neiges et le Gros Morne. De là, le regard porte sur les à pics vertigineux des cirques de Mafate et de Cilaos et l’on distingue, au loin, le Col du Taïbit. À cette altitude, en période froide, il n’est pas rare que l’eau gèle dans des excavations naturelles, ce qui a fait dénommer « Glacière » un site qui se situe un peu en-dessous du sommet du Grand Bénare.

 

village de Marla, col du Taïbit et massif du Piton des Neiges à l’arrière-plan. Photo prise en montant vers le Grand Bénare (Coll. Marc DAVID).

village de Marla, col du Taïbit et massif du Piton des Neiges à l’arrière-plan. Photo prise en montant vers le Grand Bénare (Coll. Marc DAVID).

Dpr974 : il n’est évidemment pas possible de citer toutes les curiosités naturelles et toutes les créations humaines qui appartiennent au  patrimoine de Trois-Bassins. Néanmoins, sur quoi voudriez-vous attirer particulièrement l’attention des visiteurs ?

L’histoire de Trois-Bassins a commencé à la fin de l’esclavage (3) mais surtout au cours de l’engagisme (1848…), alors qu’il ne s’agissait que d’un écart de la commune de Saint-Leu. On ne peut passer sous silence la longue époque lucrative de la culture du caféier à Saint-Leu et l’abominable résultante qu’a constitué la révolte des esclaves de 1811. Mais notre histoire a véritablement pris racines à l’époque de la culture de la canne à sucre.

Dans le quartier de la Grande ravine, dès 1850, les membres de la famille Gauthier ont été les bâtisseurs (aujourd’hui ignorés de tous) d’un vaste domaine foncier, sur lequel a fonctionné une usine sucrière d’envergure pendant plus de soixante ans, jusqu’au début de la première guerre mondiale. Cet établissement sucrier a eu la particularité d’être équipé de téléphériques pour l’acheminement des cannes, du champ au moulin. L’équipement industriel du domaine de la Grande Ravine a pesé lourd dans la balance pour obtenir l’érection du territoire communal de Trois-Bassins en 1897.

 

Un autre pan remarquable de notre histoire communale a été tissé par les nombreuses « familles des champs », qui sont venues du sud de l’île (Le Tampon, L’Entre-deux), après la fermeture de l’usine sucrière, pour défricher les terres situées au-dessus de la route Hubert de l’isle et planter le géranium rosat, nouvelle culture-providence. Beaucoup de leurs descendants, devenus Trois-Bassinois, peuvent encore en témoigner aujourd’hui. Ce travail, accompli dans un contexte de grande misère coloniale, mérite toute notre reconnaissance. Encore des bâtisseurs ignorés !

 

Je ne peux m’en aller sans avoir rendu un vibrant hommage aux habitants du quartier des Trois-Bassins pour leur engagement tenace et fructueux dans la construction de l’église de ND des sept douleurs, entre 1856 et 1858, soit trente ans avant la signature de la pétition demandant la création d’un poste d’adjoint spécial pour le quartier.

Les habitants avaient répondu à l’appel du curé Gaben pour aller chercher du sable noir destiné à la fabrication du mortier. La nuit, hommes, femmes et enfants suivaient le père en transportant péniblement le matériau, à travers les sentiers, depuis le bord de mer jusqu’à 750 m d’altitude.

Hélas, le cyclone du 16 janvier 1858 abattit les colonnes et les voûtes ! Mais ils recommencèrent et le 8 février 1859, l’église fut de nouveau ouverte au public.

 

Dpr974 : Merci Daniel Vabois de nous avoir guidés sur les chemins de votre péi natal. Nous avons à présent le sentiment de le voir avec vos yeux, avec les yeux du cœur. Pouvez–vous, en guise de mot de la fin, nous dire comment vous voyez l’avenir de Trois-Bassins ?

Pont-voilier de la Ravine des Trois-Bassins sur la Route des Tamarins (Coll. D. Vabois)

Pont-voilier de la Ravine des Trois-Bassins sur la Route des Tamarins (Coll. D. Vabois)

D.Vabois : Aujourd’hui, il est impossible de ne pas avoir conscience des crises graves auxquelles de plus en plus de pays sont confrontés dans le monde. Notre minuscule île départementalisée n’en sera pas épargnée, d’autant qu’elle est déjà très surpeuplée. Parvenu au bout de mon cheminement (ou presque), j’ai la conviction que l’état d’ignorance de son histoire, dans lequel les colonisateurs (de l’extérieur comme de l’intérieur), ont maintenu le peuple réunionnais, ne va pas arranger les choses. Plus que jamais, il m’apparaît incontournable de mettre en œuvre tout ce qui peut donner aux jeunes générations l’opportunité de s’approprier l’histoire de leurs terroirs. L’utilisation des nouvelles technologies d’information et de communication en est une, je les exhorte à entreprendre cette démarche. Allez puiser dans les valeurs transmises par nos aînés bâtisseurs, vous y trouverez souffle et énergie pour construire un développement approprié de votre « péi-zonbri » ! En faisant preuve d’inventivité, d’effort en solidarité mais aussi de ténacité, les obstacles qui encombreront immanquablement votre route, seront moins pénibles à surmonter. Prenez en mains votre devenir, avec clairvoyance et courage, et en toute fierté, et mettez en pratique l’adage créole « fié pa su lansor (4) tonton po sote la ravine » !…Ce qui signifie en français : ne pas s’en remettre aux seules initiatives d’autrui pour construire son lendemain.

 

(Interview de Daniel VABOIS par DPR974)

 

Notes

1°) Le territoire communal de St-Leu ayant été lui-même issu d’un détachement du territoire communal de St-Paul en 1790, par l’fète, TroisBassins i tonm « zanfan Saint-Leu » é « ti-zanfan » Saint-Paul.

 

2) Les habitants du quartier avaient avancé des arguments de poids pour obtenir leur émancipation : position très excentrée par rapport au centre administratif de Saint-Leu, importance économique et sociale du quartier du fait de l’activité d’une usine sucrière à la Grande Ravine, de l’existence d’une église, d’une école…

3) Madame Desbassayns, figure blanche de l’esclavage au 19ème siècle dans notre île, a marqué l’histoire du territoire communal de Saint-Paul, pas celui de Trois-Bassins. Quant à Abd-El_KRIM (20ème siècle), il n’a été qu’un habitant occasionnel de notre territoire communal (oiseau de passage), pas vraiment un bâtisseur ! Même s’il a fait l’acquisition d’un terrain (Terrain marocain au Câble), pour y faire cultiver le géranium, entre 1943 et 1947.

 

4) « Lansor » : sagaie servant aussi de bâton.

 

Read Full Post »

Older Posts »